C'est un forum où tout RPG est accepté, tant qu'il respecte les règles. Vous pouvez laisser libre cours à votre imagination, ou vous incarner dans un monde que vous adorez !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Viens on se fuit [Andrew]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Elizabeth Sawyer
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 21/05/2014
Localisation : Loin de Cunningham

MessageSujet: Viens on se fuit [Andrew]   Mer 9 Juil - 3:47


You're such a pain in the ass.


Les deux gars dans le fond travaillaient avec le père de Sawyer. L'un bossait plus sur sa femme qu'autre chose, l'autre vendait un peu trop d'herbes à des fins curatives. Mais voyons, ça ne la surprenait plus de les trouver à la sortie des cours.

Elle avait remonté la côte jusqu'au centre-ville, senti des piques lui remonter le dos avec absurdité, lui assurer qu'il vaudrait mieux courir. Enfin, Elizabeth étant stupide et dangereuse pour sa propre personne, ça n'avait pas grande incidence. Elle se vidait avec la musique acerbe de Cliff, sinon elle penchait trop vers ce qu'elle devait manquer au lycée. Du moins rien ne lui manquait.
Elle aurait pu prétexter Hippolyte, mais Hippolyte ne se rangerait pas et elle l'en remerciait. Si c'était par pitié qu'on la rejoignait, elle serait bien assurée, très bien assurée.

Le fait est que les deux hommes la suivent, qu'à cette heure-ci on ne porte pas attention à la foule. Elizabeth ne se manifeste pas quand le premier la tire par l'épaule, quand l'autre ôte son machin de ses oreilles plus calmement.

▬ Et donc. Pour l'argent.

La rousse lève les yeux.

▬ Oh c'est plus mon problème. On payera plus. Les dettes de ma mère sont pas les miennes.

Peut être que ça monterait de ton. Elle n'y pensait pas. Elle avait la tête trop pleine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew P. Cunningham
Modérateur
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 20/05/2014
Localisation : je suis pas avec Sawyer si c'est c'que vous voulez savoir.

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Mer 9 Juil - 18:12

J'aurais bien voulu dire que le lycée me faisait profondément chier, mais la prof de littérature avait un truc contre les pléonasmes, donc pour lui faire plaisir, je m'abstenais. Il n'empêche que j'aurais largement préféré passer la journée ailleurs que derrière leurs barreaux, comme tout le monde je suppose.

Même que cette fois, j'avais remarqué Eléonore ! Pour la première fois depuis le début de l'année, ou peut être qu'elle se faisait si discrète que je l'avais oubliée ? Mais elle passait tellement inaperçu qu'elle était souvent toute seule, ou peut être que juste aujourd'hui, ses potes étaient tous malades ? Et ne figuraient pas sur la liste de la classe ? Etaient imaginaires ?
Hrrrm, non, probablement pas.
Je l'aimais bien, ne serait-ce que pour sa remarque à propos de mon pantalon, c'est dommage qu'elle se mette à l'écart - on dirait Sawyer.

Oh, tiens, à peine je prenais son prénom en bouche qu'elle faisait son apparition, si les choses sont pas bien foutues. Elle ne m'avait pas remarqué, et ça m'arrangeait pas mal, sachant que je n'avais absolument aucune envie de la confronter aujourd'hui, déjà que ça avait été assez dur pendant les cours, si elle pouvait, je sais pas, me foutre la paix en dehors du lycée, je serais plutôt heureux, comme type.

J'aurais voulu détourner le regard, mais ces deux blaireaux l'arrêtaient déjà, et ce n'était certainement pas pour distribuer des flyers ; elle avait le chic de s'attirer des ennuis de gens pas fréquentables, ils n'allaient donc jamais la laisser tranquille ? Enfin, avec tous ces gens autour d'eux, ils n'allaient pas aller bien loin, et maintenant je ne voulais plus détourner mon regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chinottoislife.tumblr.com/
Elizabeth Sawyer
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 21/05/2014
Localisation : Loin de Cunningham

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Jeu 10 Juil - 13:00


I am a black sheep !

Les adultes avaient de ces nez plissés révélateurs d'impatience, des ongles plantés sans plus de cérémonie, une capacité assez effrayante à la persuasion mais le fond brodé de prétextes ne convenait pas à Elizabeth. Elle les dévisageait, reprenant son casque sans un mot, mais elle remarqua vite que le nez se tordait en un bec accusateur. Elle recula d'un pas, instinctivement, c'était là un faux pas, mais la mer de monde remuant de tous les côtés lui donnaient une raison de ne pas écouter ses épaules craintives. Sawyer déposa l'objet dans son sac, en sortit un autre. Sans discuter elle leur tendit un chèque.

▬ Voilà quand tu veux. Au plaisir de te revoir le mois prochain ma minette !

Minette. Peut être qu'elle aurait du sourire. Si le chèque n'avait pas été le seul truc qui empêcherait Cliff de fuguer chez son éternelle pote. La rouquine soupira, regarda son portable. Il affichait trois appels manqués de son père, aujourd'hui officier dans la police de la ville. Elle savait qu'il lui demanderait de ne pas traîner trop près de là où elle avait l'habitude de. Elizabeth désobéissait, mais ça commençait à faire beaucoup de désobéissances. Et dans sa toute nouvelle faiblesse.

La rousse sort une boîte de sa poche, des cigarettes. Pourtant elle ne fume pas. En prend une, l'approche de ses lèvres.

▬ Et merde !

Ah Cunningham. Je ne vaux pas mieux que toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew P. Cunningham
Modérateur
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 20/05/2014
Localisation : je suis pas avec Sawyer si c'est c'que vous voulez savoir.

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Jeu 10 Juil - 22:12

Ils se regardaient dans le blanc des yeux, charmant, vraiment, et puis elle recula un coup, avant de sortir un papier de son sac, c'un chèque qu'elle leur tend, là ? Ils avaient l'air plutôt satisfaits, à mon avis c'est pas un ticket resto, mais les gens autour, ils me bloquent la vue putain, depuis quand il y avait tellement de monde sur cette île déjà ?

Ils lancèrent quelques mots, même après avoir retiré mes écouteurs je n'avais pas compris, ils étaient partis maintenant - elle leur avait filé la thune, donc. Et ça s'arrête là. Je la vois d'ici sortir un paquet de sa poche, le même putain de paquet que moi, elle sort une cigarette, et c'est bizarre je suis déjà à sa hauteur et j'attrape ce qu'elle a entre les mains, qu'est ce qu'elle est conne.

- T'aurais vraiment pas dû, j'ai les moyens de m'en acheter moi-même, t'sais.

J'ai pas besoin de toi, Sawyer. A quoi bon s'attarder ici, y'a rien à voir, rien à faire, mieux t'attend et tu t'élances déjà, mais toi et tes pulsions, ça te perdra un jour, maintenant peut être ?
Mais on t'a perdu depuis un moment, déjà, et le pire c'est que tu t'en fiches, c'est ridicule.
- peut être que tu veux juste leur prouver qu'ils se sont trompés dans leur éducation, qu'ils se trompent dans tout ce qu'ils font, qu'ils ont rien compris, peut être que c'est ça -

Je savais où ils étaient, où ils allaient, se dirigeaient, est ce que c'est l'île que je connais de trop, ou est ce que c'est eux ?
Oui tu te perds de plus en plus, mais pas dans les rues, elles n'oseraient pas.

Leurs regards qui se posaient sur moi, cet air irrité, ce sourire un peu trop mauvais, c'est censé me faire rire, Nagoya ça le ferait rire s'il pouvait ! Oh mais il est pas là, c'est vrai - y'a qu'eux, moi, le bruit du monde un peu trop loin, trop proche, je saurais pas dire, le paquet je l'avais fourré dans ma poche, en fait j'étais très énervé.

- Le chèque. Elle est pas responsable des conneries de sa mère, mais c'est trop facile de se contenter de ça je suppose, tout le monde veut se faire de la thune sans trop se casser le cul, c'est normal.

Mais elle en a besoin, de cette thune, oui, alors tu causes, tu causes, depuis quand tu causes autant Andrew ?
C'est pour Sawyer, alors pour Sawyer tout est différent.
- je vais probablement le regretter -

Et puis t'as un poing qui fuse, un autre, éventuellement le tiens, c'une lame que tu vois là ou bien, en fait tu sais pas trop ce qu'il se passe, ça fait un peu mal mais fuck it, tu le veux ce chèque, et puis t'es énervé, tout va mieux quand t'es énervé, non ?

Je… je pense pas que tu l'auras, désolé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chinottoislife.tumblr.com/
Elizabeth Sawyer
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 21/05/2014
Localisation : Loin de Cunningham

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Ven 11 Juil - 2:49


You bastard. I need some nicotine right now !

Au moment de regretter, un ange passe. - non attendez - erreur sur la marchandise. Juste Andrew bien sûr. Qui d'autre. La rouquine lève un sourcil.

▬ Je t'en prie, ça me fait plaisir !

Tu ne suis pas ce qui se passe après, tu te lèves instinctivement. Tu vois la foule se fendre en deux comme si Andrew était Moïse, tu dresses un regard dans tous les sens sans trouver de logique. Non. C'est automatique, ça se fixe contre ta joue qui se colore, ton sac qui se retrouve collé à ta taille, tes orteils qui remuent dans tes sandales. Tu es vive, tu es attentive. Mais rien qu'une pie qui en sait un peu plus que ceux autour. Tu les pousse pour te frayer un passage.

Sans savoir comment ou pourquoi, Andrew a déjà disparu de ton champ de vision. Mais tu es sûre, tu ne l'a quitté qu'une seconde pour t’apitoyer. Tu es chancelante entre deux, trois femmes qui s'écartent par effet de chaîne, mais toi tu avances encore. Tu distingues dans les sentiers, trois formes en négatif, qui s'éloignent et t'échappent, alors tu cours.

Mais la poursuite est ridicule et impossible. Elle connait cet Andrew. C'est encore un des Andrew qu'il ne faut pas croiser. Sawyer est une bille affolée qui roule dans le gravier impénétrable, s'essouffle, panique, oublie ce qu'il peut bien y avoir autour. Et soudain voit le résultat, lâche son sac arrache son téléphone, court.

L'attrape par les deux épaules sans réagir au coup qu'on lui porte aveuglément dans le menton.
Butée contre sol, elle se redresse, le paysage est trouble. Pourtant avec un peu plus de réflexion, elle aurait réussi à le tirer de sa tempête personnelle et abusive. Mais non Andrew avait toujours été au dessus. Impossible mon cul. Mais qu'est ce qu'il était con.

▬ ANDREW ! Calme-toi Andrew.

Mais tant pis, manquerait plus qu'il aie pas entendu. Tu t'es relevée entre temps, t'as composé le numéro du père invisible en totale confusion, puis tu lui a gueulé quelque chose comme « Pourquoi tu décroches pas couillon ! »

Spoiler:
 


Dernière édition par Elizabeth Sawyer le Mar 4 Nov - 14:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew P. Cunningham
Modérateur
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 20/05/2014
Localisation : je suis pas avec Sawyer si c'est c'que vous voulez savoir.

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Ven 11 Juil - 22:35

La violence, douce violence, un refuge pour quelqu'un comme toi, quelqu'un bouffé par trop de sentiments inconnus, incontrôlables, incompatibles entre eux, peut être, qu'est ce que t'en sais, de ce qu'il se passe là haut ? Tu n'es qu'acteur dans une mauvaise comédie, tu entends les rires, au loin, le ridicule, la vieille chouette ne parlait elle pas de satyre ?

Telle une bête sauvage, indomptable, tu charges sans connaître la force aveugle qui te pousse à faire, l'animal se déchaîne et bientôt, toute raison l'aura abandonné, la rage s'est imposée, le consume, à l'image de la nicotine dont tu dépends tellement.

Douleur trop superficielle, futile, tu te veux inaccessible, inébranlable, tes jambes ne cesseront de te porter, fidèles jusqu'à la fin, tu lèves la tête, haut, très haut, ils ne te feront pas tomber, du moins, c'est ce que tu te trouves de mieux à croire, alors que tu te rends compte de la fourberie qui te fait face, cette si chérie violence jouerait dans les deux camps, est ce que c'est un os qui vient de craquer, ou juste ta fierté ?

Des mains, petites, pâles, fines, elles se posent sur tes épaules, tu les connais trop bien, peut être pas assez, un peu plus n'aurait fait de mal à personne, n'est ce pas ? Oh Sawyer, encore toi, qu'est ce que tu fous ici ?

- ANDREW ! Calme-toi Andrew.

C'est sa voix qui souffle un peu de raison dans ton esprit trop embrumé, tu tournes la tête, c'est avec peine qu'elle se relève - on l'a heurtée, mais qui, est ce que c'est l'un d'entre eux, est ce que c'est toi ? C'en est assez pour te déstabiliser, c'est encore moi tu t'interroges un instant, mais jamais tu ne viendrais à l'idée de regretter, tu es trop perdu pour saisir quoi que ce soit, il n'y avait que toi et puis il y a elle, maintenant.

- Putain dégage, Sawyer !

T'arrives pas à dire plus, à penser plus, c'est bientôt ton visage qu'on vient percuter, toujours ce même visage, il a goûté à tant de choses déjà, du sang, sûrement, tiens, si ça peut t'apaiser - tu veux savoir qui lui a asséné le coup, mais tu veux le chèque, aussi, c'est pour ça que t'es là, après tout. Ils ne semblent pas trop enclins à te céder l'argent, tu t'en seras rendu compte.

Or, tu continues, un peu trop conscient, cette fois - elle t'a ramené sur terre, encore une fois, c'était toujours Sawyer, cette lucidité qu'il te manquait tant, confrontée à cette rage démesurée, injustifiée. La fierté n'aidait en rien, évidemment, plutôt crever que baisser la tête, le scénario manque de profondeur et tu sais pas trop ce qu'il s'est passé, tu chancèles un coup, les formes qui se dressent devant toi, elles se dédoublent ou disparaissent ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chinottoislife.tumblr.com/
Elizabeth Sawyer
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 21/05/2014
Localisation : Loin de Cunningham

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Sam 12 Juil - 1:28

Non Papa, non. Tu peux être le pire des connards, mais t'es mon père, Papa ! Elle se demandait quoi crier, quel geste faire, qui retenir en premier, qui plaquer au sol, si elle arrivait à plaquer la personne au sol. Elle observa les carnassiers se jeter dessus, sans penser à regarder derrière, elle avait pas remarqué les dizaines de personnes, lâchées, des hyènes sur des téléphones.

▬ Arrêtez ! Barrez-vous ! C'est le seul reproche qu'elle arrivait à leur faire. Elle comprenait pas sa protection pour l'autre, l'autre devait être le dernier neurone défaillant de la journée. Paradoxalement elle amena sa main à son visage qui lui lançait des cris en silence, rapporta du sang à ses yeux, s'affola toute seule.

Tu vois, t'as fini par te bagarrer. Y a du progrès, Sawyer. Un rire nerveux lui écrasa les épaules, éclatait les gens ailleurs, elle oublia la scène une minute. Elle essayait pas d'avancer vers lui, elle y arriverait pas.

Elle l'avait suivi de ses deux yeux bien clairs, bien revenus au jour, elle l'avait vu chanceler, l'avait repoussé sans ménagement, l'avait arraché dans un coin de la scène, s'était interposée.

T'as pas à y aller.

▬ Faites pas ça. Faites pas ça. Le touchez pas.

Mais pour toute réponse, elle avait compris que les humains étaient des animaux gonflés de rancune, qui poussaient les plus faibles loin de leur trône royal. Alors Elizabeth avait senti une rage bestiale lui apprendre. Lui témoigner toute sa folie, la remettre en place, comme la baffe qu'on venait de lui mettre. Elizabeth n'était pas de celles qui mordaient. Pourtant la seconde passée, elle avait les canines plantées dans le bras du dingue qui avait tué sa mère.


Dernière édition par Elizabeth Sawyer le Mar 4 Nov - 14:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew P. Cunningham
Modérateur
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 20/05/2014
Localisation : je suis pas avec Sawyer si c'est c'que vous voulez savoir.

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Sam 12 Juil - 21:33

J'ai pas besoin de toi, Sawyer - qui essaie tu de convaincre, si ce n'est que toi même ? Parce que les silhouettes rétrécissent un peu, et ce sont ces faibles mains qui te poussent jusqu'à ce que ton dos heurte un mur. Les battements affolés de ton coeur résonnent jusque dans ton crâne, et c'est avec peine que tu perçois les éclats de voix un peu plus loin, mais elle, elle tu l'entends trop bien.

▬ Faites pas ça. Faites pas ça. Le touchez pas.

Tu n'as pas la force de relever la tête, tu vois rouge, tu vois du rouge, c'est le sang qui coule de ton nez, qui vient s'écraser sur les pavés, les beaux pavés - à part ça tu ne discernes pas grand chose, mais ça tourne, n'est ce pas ? << Le touchez pas. >> putain Sawyer, je t'ai dit de dégager, pourtant !

Mais elle avait toujours été là, à apporter un peu de sagesse dans tes gestes si irréfléchis, machinaux, ils en deviendraient presque involontaires ; elle avait toujours réussi à maintenir la bête en cage, à maîtriser une situation qui te dépassait, ce contrôle auquel tu aspires tant, il est là, devant toi, il vient s'attaquer à un de ces fantômes. Qu'est ce qu'elle fout, bordel !

Tu veux avancer, tu veux qu'elle arrête, qu'elle dégage, mais elle n'en fait rien, tu n'en fais rien - elle t'avait sorti de cette rétive tempête qui servait de frein à la douleur, et tu ne te tiens plus aussi droit, tout à coup, est ce que tu regrettes, maintenant ? Ce n'était qu'un chèque, un minable bout de papier, une somme risible, mais tu aimes à croire que c'est une dégradation à laquelle elle n'aurait jamais dû être condamnée, ce n'est qu'une histoire de fierté écrasée, et le voilà, perfide, qui agrippe la rousse de ses mains trop sales.

L'appui procuré par le mur n'est bientôt qu'un souvenir, c'est un geste de trop et il se voit reculer de quelques pas sous l'impact du poing meurtri de la bête dans ce qui servait de mâchoire à l'autre.

- Casse toi. S'il te plaît.

Je peux me débrouiller tout seul - tu sais que non.
Je veux pas que t'encaisses les coups à ma place - tu sais trop bien que oui, alors tu ne rajoutes rien, et te quitte à présent la force monstrueuse qui t'avait guidée jusqu'ici, tu peines même à te tenir debout, putain, tu souffles un coup, et qu'est ce qu'il reste de cette arrogance qui te faisait lever la tête, en quoi elle t'aide à respirer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chinottoislife.tumblr.com/
Elizabeth Sawyer
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 21/05/2014
Localisation : Loin de Cunningham

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Sam 12 Juil - 22:19

« Sawyer ! » Les mains de ton père contre toi, tu tombes à genoux, le chèque en mains. Tu le regardes, tu ne le quitte pas des yeux, il est par terre aussi. Mais pas comme toi. Il n'a pas le souffle haletant et les genoux qui tremblent. Andrew joue au bigorneau. Andrew n'est pas drôle, sauf que tu pouffes comme une idiote. Ton visage te lance de tous les côtés. Tu ne réponds pas.

« Sawyer. Qu'est-ce-que t'as fait. Mon dieu qu'est ce que vous avez fait » Tu peines à le reconnaître, il te semble que la dernière fois, il n'avait pas tant de barbe que ça; tu exploses d'un ricanement plaintif et te relève. Les deux bêtes sauvages sont inexistantes. Puis tu tournes la tête, les trouve à l'arrière d'une voiture de police. Oh c'est vrai Papa, tu es policier maintenant.

- Casse toi. S'il te plaît.

Elizabeth essaie de se souvenir de ce qui a bien pu se passer ensuite, mais elle ne souvient pas. Elle a encore le goût dérisoire du sang sur les dents et sa langue qui palpite à chaque fois qu'elle le retrouve. Elle a bougé de place, son père a une discussion avec les officiers, plus loin. Le soleil se couche, elle n'y fait pas attention. La veille, et le jour d'avant, elle avait prit le temps de.

La rouquine se précipite, on lui balance une couverture inutile sur les épaules, on lui marmonne des choses qu'elle entend pas et elle atterrit à l'arrière d'une ambulance.
Ce ne serait que plus cruel de préciser; ironiquement qu'elle a passé beaucoup trop de temps à l'arrière. Son père la rejoint, lui dit sûrement - « Demain vous ferez votre déposition. »tu comptes rester avec le voyou ? Bon je vais prévenir Cliff.

Ça lui étire les lèvres d'un léger — tu comprends pas. Tu te méprends. Elle lui tend le chèque, il baisse les yeux dessus. Disparaît.

▬ Andrew je vais appeler Henriette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew P. Cunningham
Modérateur
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 20/05/2014
Localisation : je suis pas avec Sawyer si c'est c'que vous voulez savoir.

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Sam 12 Juil - 23:56

Et puis, tout s'arrête, s'effondre, il n'y a plus que les battements de ton coeur qui résonnent trop fort, encore et toujours - ils me dérangent mais je veux pas qu'ils s'arrêtent. T'aurais bien aimé jeter un regard à Sawyer, voir si tu lui as pas arraché la tête en voulant bien faire, voir si ça avait valu la peine, tout ça, mais ton corps ne suit plus, tu divagues de trop, tu te surprends à penser à << Le touchez pas >>, tu en fais toujours des tonnes, c'est ridicule, aussi ridicule que cette loque qui s'écrase au sol, si inébranlable ! qu'on entendait dire - on a vu mieux.

C'est toujours la même scène.

▬ Andrew je vais appeler Henriette.

Et maintenant, fais place à la douleur - il ne reste plus rien qui pourrait la taire, alors elle s'étend, s'étend un peu de trop et tu grimaces alors qu'une pierre mal placée et le pneu avant droit firent plus intime connaissance. Qu'est ce qu'elle vient foutre là, pourquoi je voudrais qu'Amber apprenne, non, pourquoi elle voulait apprendre à Amber ?

- S'en fout, d'elle.

Oh mais c'était dur, et il y a encore le goût du sang qui règne dans cette misérable bouche. Je n'avais pas trop compris ce qu'il s'était passé, ne me souvenais plus vraiment de ce qui m'avait poussé à faire. Mais, une fois encore, j'étais allé trop loin. Sawyer, c'est ça ? Les deux qui la suivaient, ils étaient plus là, ils s'étaient échappés ou bien ? Oh, l'argent, oui - non, son menton.

- Pourquoi les clopes ?

Ça se traduit par 'Ta blessure, tu vas mieux ?' ou peut être pas, je ne veux pas savoir. Je ne veux pas savoir ce qui faisait mal, non plus, je les entendais s'énerver d'ici - c'est pas mal, quand même, je crois que c'est le seul moyen de les faire se déplacer pour un de leurs gosses. Mais la nicotine, j'ai besoin de nicotine là. File moi le paquet, Sawyer, poche gauche, te ballades pas trop. Des mots, pourquoi tant de mots, et je peux rien faire tout seul putain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chinottoislife.tumblr.com/
Elizabeth Sawyer
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 21/05/2014
Localisation : Loin de Cunningham

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Dim 13 Juil - 0:31

Elle a raccroché avant qu'il puisse parler, elle avait trop de lâcheté. Trop de rancune. Elle pardonnait pas à Andrew. Elizabeth se tut, le laissa rabâcher les conneries sans intervenir. Se leva, tira les clopes de sa poche, les jeta plus loin. Au sol. Où il aurait pas la force de se bouger et d'atteindre. Ensuite elle se rassit. Elle parla pas pendant pas assez de temps. Non elle pourrait pas se souder la bouche plus longtemps. Trop de rancune, on avait dit.

▬ T'étais qu'une merde sur le sol.

Mais la rousse ajoute rien, la rousse éclate de rire.

▬ Andrew j'étais une de ces connes sur le bitume qui croyait que t'étais mort !

Il fallait être des gens stupides, pas vrai. Elle en dit pas davantage, ça lui remonte comme des larmes et elle veut pas. Ce serait trop simple la conclusion, ce serait bien ensuite, de se fuir. Les belles habitudes ne se perdent pas. Elle se retint pas, ça servait plus à rien.

▬ J'ai mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew P. Cunningham
Modérateur
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 20/05/2014
Localisation : je suis pas avec Sawyer si c'est c'que vous voulez savoir.

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Dim 13 Juil - 11:05

Mais Sawyer n'appela pas Henriette - va savoir ce qui l'en empêchait, ce qui lui prenait d'attraper le paquet que je lui avais moi même soustrait, elle l'avait attrapé et balancé dans un coin, avant de se rasseoir, et moi, je la regardais faire sans trop comprendre. Qu'est ce que t'as, bordel, rends moi mes cigarettes, tes cigarettes - enfin. Et puis, un long silence, j'aurais bien aimé être occupé par autre chose que ce qui devait probablement percer des trous dans mes organes, éventuellement elle me servait de distraction.

▬ T'étais qu'une merde sur le sol.

Elle rit, rire c'est bien, j'ai envie de rire, aussi, mais putain ce que ça fait mal de respirer, je veux pas crever parce que la situation est un peu trop ridicule - c'est pas drôle, c'est pas drôle et je mens parce que j'ai pas envie de rire, en fait. T'sais, le prends pas trop à coeur, j'voulais juste te rendre service, je crois.

▬ Andrew j'étais une de ces connes sur le bitume qui croyait que t'étais mort !

Tu m'déçois, Sawyer, je m'attendais à un peu plus de confiance quand même, tu crois que c'est avec une poignée de dealers que tu vas te débarrasser de moi ? Mais ils ont eu ta mère, c'est vrai, je ferais mieux de me taire. Oh, c'est quand la dernière fois que je l'ai vue pleurer ? Ça remonte à trop longtemps, peut être des souvenirs qui n'en sont pas réellement et elle n'avait jamais craqué, peut être mais ç'aurait pu être hier.

▬ J'ai mal.

Encore un silence, mais trop différent des autres, si on omettait les sanglots qui le brisaient peu à peu ; ça fait mal mais pas au bon endroit, c'est quoi le problème ? Sinon, ça s'était presque tu, et je tournai la tête pour la voir un peu mieux, je n'aurais pas dû peut être. Elle non plus, elle n'aurait pas dû.

- T'étais pas censée rester là.

Ce n'est qu'une moitié de reproche, parce que ce n'était pas sa faute, qu'elle ait mal.

- J'ai pas besoin de toi, Sawyer.

Non, ça n'avait pas sa place - arrête de mentir, Andrew, tu serais probablement mort, là, et elle n'aurait plus eu à croire.

- C'était qui ?

Le menton, le coup, la douleur, c'était qui ?


Dernière édition par Andrew P. Cunningham le Dim 13 Juil - 17:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chinottoislife.tumblr.com/
Elizabeth Sawyer
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 21/05/2014
Localisation : Loin de Cunningham

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Dim 13 Juil - 15:22

▬ Abruti. Le père a dit que j'avais besoin de points de suture.

Elle manqua de relever la tête‚ mais la petite avait pas le courage. Andrew lui posait sa question‚ elle‚ couverte de ses dérisions salées voyait à peine les lèvres du brun se mouvoir. Elle se rapprocha de l'animal blessé pour mieux entendre. Quand bien même elle devait le trouver dans son trouble et non pas l'entendre.

Dans le fond et pendant de longues minutes après que la machine se soit arrêtée‚ qu'ils aient coupé le moteur‚ on entendait les sirènes qui disaient que c'était urgent.

Elle vient poser les mains assez loin pour ne pas le toucher. C'est une habitude qu'il ne faudrait pas reprendre à l'occasion. Petit déjà il n'était pas bien tactile. S'il était à consoler elle l'enlaçait. Le contact était gênant il ne soulageait pas. Sinon faisait naître une dépendance de l'un à l'autre.

Elle resta suffisamment près pour deviner que ses poumons fonctionnaient encore. Juste assez pour ne pas lui dire davantage. Et sous cet attirail de protection‚ alors qu'elle retrouvait son Andrew. Il était effrayant.

▬ C'est toi. Tu m'as laissée seule tout ce temps.

Toi qui te prend pour le héros et finit en vilain. Toi à qui ça plait de ne pas plaire. On tente de ne pas finir à le rassurer ensuite. Malgré toute la hantise‚ les mots seront doux‚ on retient trop le sentiment d'abandon‚ on le marquerait pas avec. Pour un peu c'est déjà fait.
Les portes s'ouvrent vite‚ tu n'as pas le temps de. Tu saisis sa main couverte de bleus et te surprend d'un petit couinement de souris. Tu la relâche aussitôt. On te pousse car tu es dans le passage‚ on t'emmène vers un fauteuil qui t'es destiné tu rechignes. Tu n'as jamais été très coopérative quand il s'agissait d'Andrew. On te pousse dedans‚ tu ne dis rien. Tu peux le voir disparaître au bout du couloir.

On te sourit‚ on cherche à te distraire. Tu ne dis plus rien jusqu'au dernier fil qui te referme la peau du visage.

▬ Vous êtes courageuse.

Non je l'ai laissé tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew P. Cunningham
Modérateur
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 20/05/2014
Localisation : je suis pas avec Sawyer si c'est c'que vous voulez savoir.

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Dim 13 Juil - 18:21

Abruti. Oui, pourquoi pas, j'avais entendu mieux, déjà. Mais arrête de pleurer, s'il te plaît, j'ai pas envie de te voir dans cet état, j'ai pas fait tout ça pour que t'aies mal, c'est con parce que peser le pour et le contre, ç'aurait peut être était mieux - on aurait pu éviter tout ça, c'est que de l'argent, non ? Et je serais en train de rentrer chez moi, avec les clopes qu'elle vient de bazarder, elle serait rentrée chez elle, avec sa musique et sans son argent, mais sans la douleur, aussi.

Du regret - non, plus sournois encore, j'ai pas mis le doigt dessus pour l'instant, mais ça viendra, un jour je comprendrai, comme je comprendrai Sawyer, qui s'est rapprochée un peu, d'ailleurs.

▬ C'est toi. Tu m'as laissée seule tout ce temps.

- Oh.

Il y a beaucoup de chose que tu aurais aimé lui dire, aujourd'hui dans l'ambulance, hier sur les rochers, la semaine dernière dans sa chambre, quatre ou cinq ans en arrière après les cours, dix ans de ça sur la plage, cette fois ci, c'est la douleur qui t'en empêche, mais avant, qu'est ce que c'était, tout ce temps ?

Et des gens, qui arrivent, tu fermes les yeux parce que tu veux pas les voir, tu veux pas les entendre, non plus - tu veux pas être là. Tu sens que ça bouge de trop alors que tu t'étonnes de pas mourir d'une hémorragie interne tellement ça perce, en toi. Mais c'est pas ça, le pire, parce que tu sens aussi sa main attraper la tienne l'espace d'un instant, ça pourrait tout aussi bien être dans ta tête que tout se passe - alors pourquoi tu voudrais sa main dans la tienne, dis moi ?

C'est pas ce que tu veux, plus maintenant, un jour dans ce qui te servait de vécu, peut être que. Tu n'y réfléchiras pas plus longtemps, la force qui t'avait donné un peu d'espoir, il fait noir et elle n'est plus là.


Dernière édition par Andrew P. Cunningham le Lun 14 Juil - 8:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chinottoislife.tumblr.com/
Elizabeth Sawyer
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 21/05/2014
Localisation : Loin de Cunningham

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Lun 14 Juil - 8:33

L'attente est improbable. Elle pense n'avoir rien à faire ici. Reste. Et indéniablement‚ lorsque les infirmiers s'agitent ‚ Elizabeth est une poule en cage. Voilà ce serait au sujet du grand dadet brun et pas bien fringué rentré dans vos services deux heures avant. Je sais pas pourquoi‚ faudrait que je sache s'il est en vie. Les sourires se soulèvent seuls‚ elle est réduite à la créature lubrique qui se déplace à la chambre de réveil qu'on lui indique.

En pénétrant hors de sa cage‚ elle s'attend à quelque chose d'intime et de détendu comme une vieille corde à linge. Elle n'aura pas cette joie. La pièce est pleine de gens qui attendent au sortir de l'anesthésie. L'heure d'après‚ elle hésite à toucher sa joue. Renonce. Jubile dramatiquement quand celui lui faisant face tousse et se dénigre au sommeil. Puis elle se souvient. Ses parents arriveront demain. Elle devra expliquer. Henriette n'a pas rappelé. Entre temps Sawyer non plus.

Qui est la plus idiote des deux‚ demandez-vous. Une femme le raccompagne à sa chambre‚ dépose un plateau repas qu'Elizabeth décortique de ses yeux simplets. On lui parle‚ elle ne fuit pas.

▬ L'officier a signé une décharge pour vous. C'est gentil de rester en attendant ses parents.

Elle ne compte pas raconter sa vie. Elle gagne du temps avant de remarquer qu'il est réveillé.

▬ Ses parents ont un emploi du temps compliqué. Je suis une camarade de classe c'est tout.

Faux. Elle grimpe au fond de son fauteuil‚ tourne le regard vers lui. Se paralyse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew P. Cunningham
Modérateur
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 20/05/2014
Localisation : je suis pas avec Sawyer si c'est c'que vous voulez savoir.

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Lun 14 Juil - 13:41

Les cigarettes sont toujours interdites dans les hôpitaux je suppose. De toute façon, Sawyer les avait balancées dans l'ambulance, et je n'avais pas la force de ne serait-ce qu'allumer le briquet - et qui me viendrait en aide ? Sûrement pas celle qui venait de m'apporter un plateau repas, qu'elle pouvait d'ailleurs ramener à ce qui leur servait de cuisine, je n'en voulais pas - c'est du poulet que je vois, là, aucune chance que je touche à ça.

▬ Ses parents ont un emploi du temps compliqué. Je suis une camarade de classe c'est tout.

Compliqué, oui on peut dire ça comme ça - ils ne viendront pas aujourd'hui, donc. Pas grave, ils n'auraient fait que m'engueuler un coup. Mais Sawyer ? Elle est encore là, elle ne devrait pas. << Une camarade de classe c'est tout. >> Oui, oui c'est ça, je sais pas pourquoi elle est restée alors, je me porte très bien tout seul, elle le sait, non ?

Elle sait trop de choses pour une simple camarade de classe, elle devrait partir je crois.

- Désolé.

Tu l'es vraiment, n'est ce pas ? Comme toutes les autres fois où tu ne lui as peut être pas dit, question de fierté, ou juste parce que c'est elle ? Elizabeth Sawyer n'avait jamais été un problème, elle l'est devenue parce que tu l'as poussée à l'être, parce que tu as trop voulu qu'elle le soit, le seul problème ici, c'est toi.
Mais ça, tu le sais, alors tu cherches même pas à croiser son regard, ça fait mal de tourner la tête tu essaies de te convaincre - tu essaies.

Je voulais juste qu'ils arrêtent de l'emmerder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chinottoislife.tumblr.com/
Elizabeth Sawyer
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 21/05/2014
Localisation : Loin de Cunningham

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Lun 14 Juil - 18:50

L'alien sort de sa léthargie‚ elle ne fait que remarquer qu'il est encore capable de paroles‚ ça la désole à la qualité médiocre. Elle quitte son trône de gueule pas tant que ça cassée‚ se sert un verre d'eau avec la carafe personnelle du roi bouffon et sort.

▬ Oui. Il est végétarien.

On la fait patienter‚ alors elle patiente. L'infirmière de tout à l'heure revient‚ son plateau plein de légumes au bout des bras‚ Elizabeth esquisse un sourire et l'attrape.

▬ Son dossier ne mentionne rien. Désolée encore.

Si vous avez encore des excuses à faire‚ n'en faites pas à Sawyer. Elle justifierait par 'ils vous colleraient un procès pour avoir sauvé leur fils'. A la place elle se contente de ce qui va bien. "Merci" et la rousse s'en revient à la chambre.

Ce n'est pas comme la sienne. Elle ne la connaît pas. Peut être les boîtes qui bipent nerveusement et le chat très laid qui prend de la place dans le lit. Ou Andrew.

▬ Tiens. Il y a pas Na... Il y a pas de poulet si ça peut te convaincre.

Ensuite elle réagit comme n'importe quand avec sa mère. Ou Cliff qui a pour la première fois la grippe. Enfin. Elle ne protégerait pas n'importe qui. Ne prendrait pas soin de x. De y. Mais lui elle le ferait. Elle avait bien une liste. Pas vrai ?
Sawyer ajuste le lit et replace son oreiller. Ne pense pas à le regarder dans les yeux‚ tremblote et plante la fourchette en plastique. Silence.

Voilà l'intimité et la corde qui sont en retard.

▬ Allez. Mange. Parle.

Fais quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew P. Cunningham
Modérateur
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 20/05/2014
Localisation : je suis pas avec Sawyer si c'est c'que vous voulez savoir.

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Mar 15 Juil - 0:18

Elle se lève, se sert à boire, sort. Ouais. Ouais d'accord, sors donc, j'avais bien dit que tu n'as rien à faire ici. Ça m'arrange. Ça m'arrange tellement. Je vais mater le plafond et compter les points. Particulièrement distrayant comme activité.

Je ne voulais pas compter les points du plafond. Ça faisait mal mais pas vraiment, c'est bizarre comme sensation, je ne voulais même pas savoir ce qui était cassé. Pire, je ne voulais même pas voir à quoi je ressemblais, là - d'abord Cassie qui me fout une droite, ensuite ça, alors qu'Amber m'avait rendu ma liberté. Sawyer, t'étais obligée de tout gâcher je suppose, j'arriverais jamais à goûter aux joies du sexe je le sens venir je vais mourir puceau et j'aurai loupé ma vie à cause d'elle - tiens, la voilà.

Pourquoi elle revient.

▬ Tiens. Il y a pas Na... Il y a pas de poulet si ça peut te convaincre.

Des légumes.
Elle était allée me chercher des légumes. Avait tiré quelques fois sur le drap, le coussin, la fourchette, aussi, elle était plantée dans ce qui ressemblait fortement à du brocoli. Plus de poulet, c'est pas du soulagement, encore moins de la reconnaissance, c'est toujours aussi bizarre ; tout est bizarre avec Sawyer putain ça m'énerve.

▬ Allez. Mange. Parle.

<< Ne me donne pas d'ordres. >>
Elle avait pensé au poulet - je sais pas comment je dois le prendre, elle a toujours eu une bonne mémoire, mais le problème, c'est.

- J'ai pas faim en fait.

Faux. Mais je n'avais pas envie de manger, encore moins de manger... ça, là. Ils sont gentils et tout mais je préférerais un de ces biscuits de Mama là tout de suite. Ça remonte un peu le moral, il paraît.

- Le chèque ?

Tiens je parle, dis moi que t'as au moins réussi à le récupérer, que les deux blaireaux auraient disparus de ta vie pour quelque chose assez proche de l'éternité, que t'as moins mal maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chinottoislife.tumblr.com/
Elizabeth Sawyer
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 21/05/2014
Localisation : Loin de Cunningham

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Mar 15 Juil - 13:25

Il n'avait pas changé. Têtu. Faiblard de constitution mais fort de psychologie. Déjà plus puissant qu'une cigarette. Pas assez pour éviter de se péter trois côtes. Elle subissait. Ça lui restait en travers de l'estomac. La défigurée provisoire pense pas se faire voir pour le mieux. Il est gavé de morphine jusqu'au lendemain‚ ça lui donne envie de rire qu'il soit encore conscient mais la compagnie‚ aussi mauvaise soit-elle la rassure. - je sais pas‚ c'est trop loin le temps où ont dormait ensemble sans trop se fliquer. On était des gosses‚ pas des bêtes de foire en chaleur. Mais tu respires‚ c'est bien - Ça pareil‚ ça la rassure. Plein de mots gentils voudraient se glisser dans la conversation‚ mais il n'y a qu'une aisance désagréable à la proximité des corps que la rouquine‚ à se souvenir des semaines passées rejette en fouillant dans son sac sans trouver la friandise du chat. Ne serait là qu'une mince victoire.

▬ Tu n'as jamais aimé ça les brocolis. J'imagine que c'est pas ton jour.

Elle se fait couper très vite par une question qu'elle ne soulève pas et pose à côté - je veux te regarder - La fille n'a jamais été très adepte de la théorie des couleurs. Ses joues passent du citron au pourpre. - ce n'est qu'un foutu chèque où vas-tu petit bigorneau - Elle veut le regarder‚ se retient. Ce serait trop dur. Le voir sur un lit de mort factice. - j'aimerai autre chose que ça - Elle se colorie davantage. N'est pas bien forte non plus mais là à reporter les réponses les moins révélatrices de solutions. Andrew n'a pas changé non. Il veut tellement la vérité‚ c'est affolant. Une tristesse inouïe. Elle sait qu'on a passé beaucoup de temps à lui mentir. Elle lui a menti aussi. Au début elle n'était pas en colère - mais elle veut le regarder - Il y a quelque chose de bon, de meilleur ici que chez elle. Pourtant c'est fade‚ c'est douloureux. Andrew ne remue pas‚ ne rigole pas‚ ne réclame pas Nagoya. Personne ne le lui apporte. Il est immobile elle est tétanisée dans son fauteuil. On lui a voulu du mal pour un bout de papier mâché par un compte bancaire. Imaginez c'est ridicule‚ la conséquence presque fictive‚ on s'en percerait l'estomac à coup de lame blanche.

Oh non. Les corbeaux n'ont pas touché à ses organes. Rendez-vous public‚ regardez il aurait pu crever. Elizabeth n'était pas si cruche. Peut être un peu. Elle ne se plaignait pas.

Oui vraiment elle aurait pu dire merci. Et c'était fini‚ il se rendormait.

▬ Mon père a du le fiche. Ailleurs. Andrew putain mange ou je te fais avaler ce poulet à la con.

Toi et tes poulets. Mais les mains se reprennent à la bougeotte tu fais tomber les couverts en plastoc‚ ça fait cling et flac. Tu finis tu te baisses.

Par terre tu arrives pas‚ t'es sur le cul‚ tu te lèves pas. Tu sais plus trop pourquoi tes pupilles se dilatent. Sûrement la trouille. - t'étais où pendant deux ans dis-moi. pourquoi Amber - pourquoi pas moi. C'était une de ces questions chiantes qui se lisaient pas dans la tête. - je suis fatiguée.


Dernière édition par Elizabeth Sawyer le Mar 4 Nov - 15:07, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew P. Cunningham
Modérateur
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 20/05/2014
Localisation : je suis pas avec Sawyer si c'est c'que vous voulez savoir.

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Mar 15 Juil - 14:49

▬ Tu n'as jamais aimé ça les brocolis. J'imagine que c'est pas ton jour.

Toujours aussi perspicace, la Sawyer, j'admire. Non ça ne doit pas être mon jour, ma semaine, chaque jour n'est qu'une claque dans la gueule - pire, crescendo devenu dingue avec le temps, de la claque à l'hôpital, ce n'est pas encore fini, est ce que je vais mourir dans quelques heures ? Le fou de poulet qui perce le coeur d'un pauvre blessé de guerre, je pensais qu'il n'y aurait pas de décès dans une comédie ?

J'aimais bien ce poulet, pourtant. Je ne devrais probablement pas. Mais il n'est pas là. Il me manque je crois. C'est un bon ami, bonne compagnie. Personne ne l'est, sinon. On fait avec ce qu'on a, maintenant j'ai Elizabeth Sawyer, maintenant c'est pas si mal. Elle ne me regarde pas. Prend quelques teintes. Ne me regarde toujours pas. Je sais pas quoi penser du spectacle. Tu devrais détacher tes cheveux, on est pas au lycée, y'a qu'nous, laisse moi voir tes cheveux dans toute leur gloire, allez détache les. Elle n'en fit rien. Ne lisait pas dans mes pensées. C'est pas plus mal. Je crois qu'elle fuirait.

Et enfin, elle décida de répondre à ma question.

▬ Mon père a du le fiche. Ailleurs. Andrew putain mange ou je te fais avaler ce poulet à la con.

Haussement de sourcils, quelque chose qui se voulait dubitatif, mais elle ne regardait pas ; les couverts étaient tombés, mais elle ne se leva pas. Qu'est ce que tu fous, je comprends pas - je me souviens pas avoir compris un jour, peut être que c'est les coups dans la tête ou juste parce que ça n'était jamais arrivé. Que je la comprenne.

- J'ai pas faim, j'ai dit. Tu peux pas me forcer à manger.

Je gueule pour agression sexuelle si tu fais ça, Sawyer.

- Tu joues à quoi exactement ?

Je veux des réponses. Je sais pas lesquelles. Peut être que je veux juste qu'elle parle à ma place - j'ai pas envie de parler je crois. Je comprends pas. Rien. Ça m'énerve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chinottoislife.tumblr.com/
Elizabeth Sawyer
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 21/05/2014
Localisation : Loin de Cunningham

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Mer 16 Juil - 8:34

Soyons de ces filles sur le sol en permanence tout le ling d'une tragédie qui ne peuvent plus remonter‚ trouver les yeux du héros. Où étais-tu Elizabeth. Dans ce roman de gare pourri. C'est vrai. Andrew n'aurait pas pu faire plus cliché. Y avait pas eu de révolte pourtant. Mais revenons à toi par terre. Tu n'as sans doute rien entendu. Toi tu n'avais que Terreur et Bêtise dans les oreilles après tout. Enfin‚ pour deux infirmes en devenir‚ sentimentaux du moins. Vous étiez plutôt doués. Tu commençais limite à viser l'excellence. Sawyer.

Ça s'enfonce dans les lueurs peu toniques de la salle de bain et ça s'y enferme sans les yeux de la sauveuse attitrée pour la chose qui commence à peine à s'agiter sans retour dans le lit. Tu regardes l'écran fixe‚ 21h. Compose le numéro de tête.

▬ Oui Cliff. Oui Papa a dit ça. Non. Je reste avec Andrew. Non. J'ai un pass. Non il est pas mort abruti. Oui. - Pardon Cliff. - Non ma voix est normale. Oui. Demain. Je sais pas. C'est Andrew dis pas de la merde. Je raccroche maintenant. Ouais.

Elle revient‚ l'odeur n'a pas changé. Il fait nuit voilà tout. La barquette fume encore‚ elle la tire de ses mains‚ retire ses sandales. Une fois distancée elle fait durer le silence. Dis.

On pourrai dire beaucoup de trucs depuis le temps‚ mais tu connais la moitié. Peut être que si je m'arrête de mentir ça passera mieux. On est des visionnaires pas vrai Andrew ? Allez. Jouons puisque je joue.

▬ J'ai pas couché avec Gordon.

Ces brocolis sont pas géniaux. Je suis désolée c'est tout ce que ce brocoli m'évoquait sur le moment. Mais je suis sûre que t'es con malgré tout.

▬ C'était pas marqué sur la liste 'coucher avec Gordon'. Alors ç'aurait pas été drôle.

Pause.

▬ Plus que tout ta face était légendaire. Maintenant que je sais que tu vis c'est facile. - Juste. Je pensais pas qu'on se sentait si mal. J'étais toute bizarre. Mon corps était super lourd. Ma tête elle aurait pu exploser.

Oh.

▬ Je te déteste.


Dernière édition par Elizabeth Sawyer le Mar 4 Nov - 15:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew P. Cunningham
Modérateur
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 20/05/2014
Localisation : je suis pas avec Sawyer si c'est c'que vous voulez savoir.

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Mer 16 Juil - 11:57

C'était une question facile, pourtant. Je n'avais pas - plus envie de me casser la tête, jouer aux devinettes avec elle, même si ça ne tenait pas vraiment à un jeu. C'était devenu plus que ça - effrayant. Elle avait fini par se lever, disparaître dans la salle de bain. Je lâchai un soupir, le plafond c'est tellement plus intéressant, en fait. Crispé, de trop, elle peut prendre la porte, qu'est ce qu'elle fout là dedans aussi, elle parle à qui ?

Je ne pris pas la peine de tendre l'oreille, je me fichais bien de ce qu'elle avait à dire à ce qui devait probablement être soit son père soit son frère. Penche pour Cliff, qui d'autre serait honoré d'un appel de la rousse ? Amber, évidemment, oui ton ex, Andrew, il s'est fait taper dessus en fait, tu peux venir prendre des photos si tu veux.

Arrête de penser à ça tu viens de dire que tu t'en fiches. Sawyer, tu m'énerves, je me contredis tout le temps, mais c'est vrai que je m'en branle - quoique non ça serait bizarre.
C'est bizarre.
Que vais-je penser.
Toujours aussi effrayant.
Oh, tiens elle revient. Attrape le plateau repas, mais bien loin, tant qu'elle n'essaie pas de me faire avaler ces brocolis dégueulasses, tout me va. Si elle pouvait le vider, aussi, comme ça les autres auront l'impression que j'ai mangé quelque chose.

▬ J'ai pas couché avec Gordon.

Soulagement. Pas pour Elle. Je me serais probablement étouffé avec les brocolis, là.

▬ C'était pas marqué sur la liste 'coucher avec Gordon'. Alors ç'aurait pas été drôle.

<< Pourquoi ? >> c'était une question qui ne m'intéressait pas, je ne la poserais jamais, ne voulais pas savoir. Toujours cette liste, mais Sawyer, qu'est ce qu'on en a encore à foutre, de cette putain de liste ?

▬ Plus que tout ta face était légendaire. Maintenant que je sais que tu vis c'est facile. - Juste. Je pensais pas qu'on se sentait si mal. J'étais toute bizarre. Mon corps était super lourd. Ma tête elle aurait pu exploser.

On s'amuse, on s'amuse tellement avec Sawyer. Tu veux que je te dise, j'étais allé le voir, l'autre. Il a pas eu le temps de comprendre, c'est contre une étagère qu'il est parti s'écraser, d'ailleurs. Trop impulsif, ce gamin, ça l'a frustré, cette histoire, d'où il osait lui voler son innocence ? Autrement dit, d'où il osait lui voler l'innocence de Sawyer ? Non, bien sûr que non, ce n'est pas ce qu'il voulait dire, mais les fous pareils, ils ont bien le droit de se prendre un meuble dans la gueule, n'est ce pas ?

▬ Je te déteste.

Oh.
Oui, moi aussi je t'aime.

- La porte, elle est là. Je sais pas ce que t'attends. Tu peux prendre le plateau avec si tu veux finir les brocolis.

Je veux qu'elle parte.
Je pourrai mater le plafond tranquille.
Non. Il ne veut pas. C'est un rire, qu'il lâche cette fois, et ça fait mal.

- Tu sais. Ça me manque pas. Mais j'aime pas comment c'est, maintenant.

Il s'arrête un coup, juste pour la forme.

- T'inquiète pas. C'est réciproque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chinottoislife.tumblr.com/
Elizabeth Sawyer
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 21/05/2014
Localisation : Loin de Cunningham

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Mer 16 Juil - 17:11

Il n'y avait jamais eu de haine. Du moins elle ne s'en souvient pas. Elle se rappelle une fois. En décembre cinq ou six ans avant. Quand la nature se tait et les rivières se gèlent. Ils se taisaient ils bougeaient pas de leurs rochers. Nagoya était pas encore là pour faire envoyer le silence. L'époque des premiers fiancés de récréation. Les jalousies boudeuse. Là où Andrew voulait d'elle. Pas comme tout de suite. Elizabeth pense que ce jour-là ils s'étaient follement disputés. Et ils avaient de ces échanges très adultes qui râpent les joues. Un peu du vent d'hiver peut être. Au lieu de se fuir‚ sur un accord avec des yeux mouillés ils se prenaient la main. Voilà. - je suis une idiote. Oh ça il sait. Il n'est pas mieux. - C'est cruel entre nous ça le sera toujours. T'offusques pas va.

Y'en a qui disent. L'amour et la haine sont pas loin. Mais alors Sawyer vous rira au nez. De ces excuses-là‚ ils en avaient depuis le début‚ mais c'était compliqué dès que ça venait embêter les poitrines volatiles hum. - il fallait le dire‚ enfin c'est facile de l'ignorer et de compenser avec les brocolis. - Hein. Elizabeth. Oui. Brûler les étapes. Il fallait une certaine dextérité. Ce qu'elle maîtrisait à force de. Haine.

Et allez, suivons le schéma type. Oublions un peu le reste. Moi je parle l'éternelle indifférence‚ des conflits débattus des heures. Des regards noirs. Des croisades achevées par des sourires bêtes. Désolés. Oui on était passés par tout ça.

La rousse était drôlement abonnée à l'exploitation primitive des amis de l'Andrew. Et puis quoi‚ au pire ils se mettaient en colère. Ce n'était pas tant que ça un crime. Gordon elle s'excuserait. Offrirait un rictus confus sans parvenir à s'expliquer sur le pourquoi du comment. Provoquer gratuitement sa tête brune affublée d'un poulet. Se pavaner dans la belle idée de ne plus être quelqu'un à considérer avec soin. Elle ne serait plus Sawyer‚ jolie Sawyer baignée de sagesse et d'intelligence. Non. Tout autre chose. Mais surtout elle n'appartiendrait pas d'office à. Andrew.

Et pour revenir à ces jours où on n'était propres qu'à Andrew pour Elizabeth et Elizabeth pour Andrew‚ il faudrait que je t'aime. Si ce n'est plus le cas. Tu as raison. Où est l'intérêt d'une liste. Andrew dis-moi à ton avis qu'est ce que c'est. Une liste. Est ce que tu peux vraiment t'en débarrasser ? Pour rien au final.

Ah. Si. Sauver le roi des bigorneaux. Faudrait que tu voies à quoi ça réduit d'être toute seule à jouer.

Ça abandonne définitivement les brocolis. Qui sont décidément dégueulasses. Et puis ça se lève. Dans sa tête ça fait plein de chose. Enfin elle est pas convaincue que ce soit dans sa tête finalement. De. Le plus simplement du monde se présenter à lui.

▬ Non dis pas ça.

Plus regarder par terre mais enfin lui donner tes yeux mouillés et prendre sa main en te foutant de si ça lui fait mal.


Dernière édition par Elizabeth Sawyer le Mar 4 Nov - 15:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew P. Cunningham
Modérateur
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 20/05/2014
Localisation : je suis pas avec Sawyer si c'est c'que vous voulez savoir.

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Mer 16 Juil - 18:34

Sawyer n'avait pas toujours été Sawyer. Il y a eu Elizabeth, une fois, peut être deux, Eliz c’est plus court et c’est plus joli, plus féminin, plus affectif, aussi. Sawyer, c’est quand il est en colère, quand il a plus envie d’être gentil avec, quand il a tout simplement plus envie.

Aujourd’hui, Andrew n’a plus envie. Il est en colère. Contre elle, contre lui, il sait pas, il l’est juste. Donc elle restait Sawyer. Quelqu’un qu’on espère ne pas croiser dans la rue, qu’on ignore le mieux possible dans les couloirs, qu’on efface de sa vie sans trop se demander pourquoi. Il avait effacé les années d’avant, aussi, il avait foutu tous ces souvenirs dans un coin de sa chambre, dans une boîte, avec ‘à cramer asap’ gribouillé très grossièrement sur le couvercle. Andrew avait toujours été quelqu’un de grossier. Faux. Au début, non. Il s’est dit que quand il retrouvera un briquet, il brûlera ce qu’il ne peut pas se forcer à oublier. C’est rempli de conneries, il sait même plus exactement qu’est ce qu’il avait fiche là dedans.

La vérité est, Andrew a toujours un paquet de clopes. Andrew a toujours un briquet, sauf quand il essayait encore  d’approcher les filles avec un ’T’aurais pas du feu pour ma cigarette ?’. Il avait arrêté, maintenant, et puis, Amber lui aurait découpé les bijoux de famille. Amber. L’opposé de Sawyer, tu trouveras pas un point commun, à part. Elles l’aimaient toutes les deux. Oui, la blonde aurait fini par s’attacher au clown, comme quoi, dès fois ça tombe vraiment mal.

Il  n’ose pas rouvrir cette boîte, en fait. Il se souviendrait de trop de choses. Sawyer a sa liste, Andrew a sa boîte. Elle ne sait pas. Probablement. Elle avait toujours trop su. Elizabeth Sawyer avait un jour été. Proche. Très proche. Il vous dira de trop, il est con, c’est pas assez, la bonne réponse. Et un autre jour, elle ne l’était plus. Ne le sera plus. Toujours aussi ‘probablement’. Parce qu’Andrew avait étouffé ce qui devenait trop dérangeant. Il s’était persuadé de choses pas trop vraies, c’est rassurant, dans un sens. Pas dans l’autre.

Ça serait bien. Que ça change. Parce qu’Elizabeth, il l’aimait beaucoup. Sawyer, il ne l’aimait pas. Mais Elizabeth. Elizabeth, c’est pas pareil.

Là, il sait pas si c’est Sawyer ou Elizabeth qui se lève, qui le regarde, qui lui tient la main. Qui parle.

▬ Non dis pas ça.

La même main, elle ne se retire pas, l’autre non plus, trop fatigué qu’il aime dire.
Les yeux ne lui appartiennent pas, c’est pas Sawyer, ça, non, il avait oublié qu’elle pouvait le regarder comme ça. Ou peut être que c’est jamais arrivé.

- Ça me gave. Sérieusement. J’en ai marre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chinottoislife.tumblr.com/
Elizabeth Sawyer
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 21/05/2014
Localisation : Loin de Cunningham

MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   Jeu 17 Juil - 0:07

Être des enfants c'est drôle. Et puis ce n'est pas bien difficile. Après tout c'est ce que choisit d'être quelqu'un une grande partie de sa vie. Et c'est simple que dire d'autre. Étrangement et à en dégoûter beaucoup de gosses à l'époque. Andrew et Elizabeth savaient très bien jouer aux grands. Mais quand en primaire on ne les comprenait qu'à travers des amours progressivement non retournés‚ au lycée le tableau est moins amusant. Devenue la martyre des plus voraces‚ la liste. Trois mois de cours‚ Elizabeth est un fantôme. Elizabeth perd sa mère. Il y a deux règles qu'elle impose à Andrew.
1- Ne me console pas si je suis Sawyer.
2- Cette fois si tu veux me briser le cœur fais-le correctement.
Andrew était un joueur très avisé. Impulsif mais avisé. Les règles devinrent plus qu'autre chose; la fin du jeu.

Amber ce n'était pas grand chose. Amber avait achevé de rendre raison à la seconde règle. Sawyer devenait la fille rejetée par Andrew. X fois. Pour ceux qui avaient suivi le spectacle.
Mais faute de miracle et d'idéal. Amber n'était pas venue. Ç'aurait été plus court alors. On n'en serait pas à se tenir les mains dans le silence agacé. Ouais les deux mains rien que pour prouver qu'on l'a pas cassé de l'intérieur. - Amber était pas venue -

Vous savez ce dont elle se souvient le mieux chez Andrew‚ c'est son sourire de gosse quand il cherche à faire fuir Sawyer la stoïque.
Pourtant aujourd'hui il n'a que ses plaintes à la bouche et ses petits yeux fatigués. De là elle ne distingue même pas la jolie teinte de ses yeux. Andrew n'est pas comme dans les films pour adolescents. Il a encore le visage lisse et les joues pâles. Mais il n'est pas franchement poilu. Ou bien elle n'a pas fait attention ces dernières années.

Si elle fait attention et elle se rapproche‚ elle n'est pas surprise de son souffle contre le haut de sa bouche et ses paupières qui feintent une fois que les cheveux de la jeune fille embêtent ses tempes à lui. Elle visualise mal‚ dépose sa paume contre son front et dégage ses crins sombres. Ses yeux se baissent. Le dessin de son menton est différent.

Elizabeth frétille comme un poisson au dessus de l'eau‚ ne rouvre pas les yeux. Pas tout de suite.

▬ Fais le sourire que j'aime bien‚ dis.

Pause.

▬ Andrew. Andrew.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Viens on se fuit [Andrew]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Viens on se fuit [Andrew]
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» T' as du travail? Je m'en fiche ~♥ Viens chanter avec moi ♫ [PV May ]
» Je ne te connais pas... d'où viens tu?(Coeur boiteux )
» Signature de contrat - Andrew Brunette
» Viens prendre ta claque !!!
» Pour une personne admirable et exceptionnelle. ♥ [ Viens vite, grognasse. ♪ ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Upapany :: Upapany Island :: La ville d'Upapany :: Hôpital-
Sauter vers: