C'est un forum où tout RPG est accepté, tant qu'il respecte les règles. Vous pouvez laisser libre cours à votre imagination, ou vous incarner dans un monde que vous adorez !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au bord du gouffre... [ouvert]

Aller en bas 
AuteurMessage
Eléonore A. Sullivan
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 21/06/2014
Localisation : En vacances !

MessageSujet: Au bord du gouffre... [ouvert]   Sam 5 Juil - 14:56

Les yeux fermés, le vent soufflant dans mes cheveux, je me trouvais dans un état de sérénité que j'atteignais rarement. Après tout, c'était tellement le bordel dans ma tête habituellement.
Et pourtant, je me trouvais assise sur le bord de la falaise, haute d'une vingtaine de mètres.
Je pouvais sentir mes jambes s'agiter tranquillement dans le vide, heurtant parfois la parois rocailleuse qui faisait alors des marques de mousse desséchée sur mes mollets nus.

Le vent soufflant, j'étais tout de même vêtue d'un pull, malgré mon short.
J'ouvrai alors les yeux et contemplai la vue qui me faisait face. C'était... Magnifique. Je pouvais admirer à loisir les eaux turquoises de l'océan qui semblaient s'étendre à l'infini, et sur lesquelles se reflétaient sublimement les rayons du soleil.
J'aimais cet endroit. Je pouvais y perdre mon esprit dans ces eaux durant des heures. J'avais rendez-vous, seule avec mes pensées. A peine perturbée par les cris des mouettes, bercée par le son des vagues se brisant sur les rochers, quelques dizaines de mètres plus bas.

Je baissai alors la tête pour apercevoir le pied de la falaise, tout en bas. J'observai mes pieds se balancer dans le vide, me plaisant à feinter de faire tomber une de mes tongs.
Je vent soufflait si fort, qu'il me semblait que je pourrais tomber à chaque bourrasque. Mais ça m'était égal. Même si près d'une chute mortelle.
Après tout, qui me regretterait ?
Tu penses à Alan des fois ?
Je haussai les épaules, un fin sourire sur les lèvres. Alan... Bien sûr. J'y pensais sans arrêt.

Je relevai la tête pour me perdre dans le bleu de l'océan qui faisait face à celui, plus clair, du ciel. Une douce mélancolie s'empara alors de moi. Je pensais à ma mère. Aujourd'hui, c'était son anniversaire. Aujourd'hui, ça faisait exactement deux ans qu'elle était morte, emportée par un cancer.
Elle, elle prenait soin de moi.
Elle, elle se serait inquiétée pour moi.

A la place, désormais, je vivait avec mon père. Vous pouvez dire un inconnu, ça ne fera pas de grande différence. Mes parents se sont séparés alors que j'étais trop jeune pour véritablement me souvenir de lui. Alan, lui s'en souvenait. Et il avait tout fait pour me préserver de cet homme.
Mais maintenant, c'était impossible. Maintenant, le mal était fait, et se faisait au quotidien. Car pour ce cher Aaron Williams Sullivan, sa fille n'était autre qu'un mauvais rêve. Qu'il suffisait d'ignorer pour qu'il s'efface. Alors il m'effaçait, jour après jour.

J'avais fini par penser que, si même mon père me rejetait, personne ne voudrait jamais de moi. A part Alan. Mais parfois, cela ne me suffisait pas pour m'empêcher de flancher.
Jusqu'à ce que je rencontre Andrew. Il m'avait laissé entrapercevoir que, peut-être, il était possible que même des inconnus, au contraire de mon géniteur, pouvaient avoir ne serais-ce qu'un peu de considération pour moi. Et, peut-être que ça ne semblait rien, mais pour moi ça signifiait déjà tout.

J'aurais tellement voulu que ma mère soit là. Lui parler des progrès de Rally, de la bienveillance d'Alan. De papa - si je pouvais l'appeler ainsi. D'Andrew. De ma vie.
Ma foutue vie.

Une larme, traitresse, se mis à couler sur ma joue. De toute façon, je ne pouvait rien y faire. Quand je me trouvait dans un tel état, je ne pouvait rien contrôler. En fait, je ne pouvait jamais rien contrôler.

-Pourquoi a-t-il fallu que tu partes ? Tu me manques tellement ! J'avais encore besoin de toi ! hurlai-je à la cantonade, à qui voulais bien l'entendre.

Soudain, j'entendis des bruit de pas dans mon dos.
Putain.
Pourtant, je ne pris même pas la peine de me retourner pour voir qui gâchait ainsi mon deuil, me perdant de nouveau dans la contemplation de l'océan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Sawyer
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 21/05/2014
Localisation : Loin de Cunningham

MessageSujet: Re: Au bord du gouffre... [ouvert]   Mar 8 Juil - 16:06

Elizabeth était un oiseau. Enfin, on la verra souvent, là, à scruter les horizons, à trouver autre chose qu'une ligne droite et parfaite quand les autres se contentent de regarder le sol. Upapany donnait une liberté révélatrice à tout ses habitants. Si Elizabeth était l'un d'eux, par mégarde, elle aurait pu l'omettre. Se dire qu'elle n'est qu'un oiseau et alors disparaître aussi vite que le nuage qui couvre le soleil d'un voile iridescent.

En somme perdue, elle vient de quitter le campus après un rendez-vous avec le directeur un peu particulier. Cliff n'aurait pas rendu son dossier d'inscription, ce qui ne la secoue pas. Elle s'est faite sermonner. Mais de nouveau, c'était prévisible. Effy se redresse et fixe la forme primitive sur les bords de la falaise, veut la rejoindre et se hisser au bord du gouffre qu'est actuellement sa vie.

C'est triste qu'elle n'y ressente rien de mal, si ce n'est l'amertume d'un frère désobéissant et d'un père dont elle n'a pas vu le visage depuis trop longtemps pour un père. Sawyer se tait pour sa personne, parle pour celle d'en face, ne se préoccupe pas de la colère, elle n'a plus la patience de.

▬ Tout le monde part un jour.

Elle s'assoit, offre un regard à la brise, elle n'a pas changé.

▬ Que tu le veuilles ou non. C'est dans la nature humaine.

Puis, sa tête oblique vers la fille qui traîne au vent.

▬ Éléonore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eléonore A. Sullivan
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 21/06/2014
Localisation : En vacances !

MessageSujet: Re: Au bord du gouffre... [ouvert]   Jeu 10 Juil - 18:25

Le silence se prolongea. Encore emplie de colère, et sans pour autant tourner la tête vers l'inconnu qui venait troubler mon deuil, je n'avais qu'une envie, lui hurler de partir. De dégager. De me laisser pleurer en paix. Risquer ma vie si ça me chantais.
Après tout, de quoi avais-je l'air, assise là, au bord d'une falaise, à hurler mon désespoir, si ce n'était à quelqu'un susceptible de sauter à tout instant.

▬ Tout le monde part un jour.

Je fermai les yeux avec une telle force que j'en eu mal, ne voyant plus rien que l'obscurité, tandis que mes dernières larmes roulaient sur mes joues.
Je connaissais cette voix. Elle était si proche de la voix de la raison. Et j'en était on ne peut plus consciente. Mais je ne voulais pas entendre ce qu'elle avait à me dire.

▬ Que tu le veuilles ou non. C'est dans la nature humaine.

J'avais rouvert les yeux.
J'étais perdue dans mes pensées, mes yeux embrassant le paysage, la mer. Le regard perdu dans le vide, j'avais à peine remarqué qu'elle s'était assise à côté de moi.
Alors pourquoi ses paroles me faisaient si mal ?

▬ Éléonore.

A mon tour, je tournai la tête vers elle, les joues baignées de larmes, croisant enfin son regard si particulier.

Elizabeth Sawyer. Probablement la fille la plus étrange que j'ai jamais connu. Et paradoxalement, celle dont je me sens la plus proche.
Elle n'était pas à proprement parler une amie. Je l'avais rencontrée au bord de la mer, quelques années plus tôt. Elle s'était posée là, au milieu des rochers, rochers où je m'étais moi-même réfugiée un jour où ça n'allait pas.
Y a-t-il vraiment un jour où ça va ?

Elle était là, comme faisant partie du paysage. Avec son chevalet et sa mallette de peinture. Je me rappelle avoir été subjuguée par la beauté de ses toiles.
Sans parler de son calme, qui m'avais aussitôt apaisée.

Nous nous étions revues, croisées plus d'une fois. De ses rencontres singulières, j'en retirais toujours quelque chose de positif.

-Elizabeth ?

Qu'est-ce qu'elle faisait ici ? D'un autre côté, j'avais fini par remarqué qu'elle et moi étions friandes de ce genre d'endroits, déserts et singuliers, dont nous étions probablement les seules à voir la beauté.

-Mais, c'est tellement injuste ! Cette vie est tellement injuste, soufflai-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Sawyer
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 21/05/2014
Localisation : Loin de Cunningham

MessageSujet: Re: Au bord du gouffre... [ouvert]   Jeu 10 Juil - 22:29

Elle se souvenait bien la mer, elle l'avait vue hier. Peut être qu'elle lui parlait de temps en temps, pas aujourd'hui. Aujourd'hui elle parle à Éléonore. Elizabeth a ignoré ses cris. Les entendre n'était qu'un seul de ses pas vers elle. La plupart auraient fuit. Elizabeth était attirée par le mal, ça avait toujours été ça. En revanche, que l'autre y plonge, elle ne laisserait pas faire.

Ce n'était qu'une falaise qui se faisait hurler dessus, pas grande importance, pas de grande décision prise, plus une rétrospective. Pour le dire deux fois, la falaise n'a pas a être une victime. La falaise s'isole tous les ans, ça c'est la bêtise des hommes n'est-ce-pas.
La falaise elle t'aidera pas. Elle aide personne. Si tu cherches des réponses, tu n'as rien à faire ici. Sawyer ne fait que tourner la tête.

Maintenant son visage lui est plus familier, sa vision est moins opaque, plus attirée par les mèches agréables qui lui parcourent le visage, des rivières. Voilà de quoi t'apaiser.

▬ Je ne suis pas certaine. Mais si tu veux en parler.

C'est déjà plus juste hum ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eléonore A. Sullivan
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 21/06/2014
Localisation : En vacances !

MessageSujet: Re: Au bord du gouffre... [ouvert]   Sam 12 Juil - 16:04

▬ Je ne suis pas certaine. Mais si tu veux en parler.

Je souris malgré moi. Elizabeth n'avais jamais été quelqu'un de particulièrement loquace. Mais elle savait écouter. Je le savais. Et sa simple présence suffisait à m'apaiser.
C'est ainsi que, naturellement, sans que je sache l'expliquer, je tendais à me confier à elle spontanément. Comme à personne d'autre.

-Aujourd'hui ça fait deux ans. Deux ans qu'elle est partie. Qu'elle nous a laissés.

Je baissai la tête, la gorge nouée.
Deux ans que ce foutu cancer me l'avais arrachée. Elle qui était si attentive, si attentionnée. Bienveillante.

-Depuis, le monde, à commencer par mon propre père, ne se soucie pas de mon existence. Je suis invisible. Je n'existe pour personne. Pas même pour moi.

Je tournai alors mon visage vers elle, le regard empli d'incompréhension et de désespoir. Terrible reflet de me profonde blessure.

-Pourquoi ? Pourquoi le monde s'applique-t-il à me rejeter ? A renier mon existence même ?


Mon existence.
Avait-elle seulement l'ombre d'un sens dans ces conditions ?
De nouveau je perdit mon regard dans l'immensité de l'océan, murmurant dans un souffle :

-Pourquoi ai-je si peu d'importance ?

Cette question. Cette unique interrogation était la source même de toutes mes angoisses. Et elle n'avais de cesse de se manifester. Au quotidien.
Si je sautais, qui me regretterait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Sawyer
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 21/05/2014
Localisation : Loin de Cunningham

MessageSujet: Re: Au bord du gouffre... [ouvert]   Jeu 24 Juil - 1:38

Elle n'aurait pas du demander. D'ailleurs elle ne saurait sans doute pas quoi répondre. La fille qui se tenait à côté, n'était qu'une boule de déception infernale. Qui stagnait, à tenter de ne pas tomber de la falaise. Elizabeth était de ces gens, qui ne savaient pas faire avec les mots. Ou bien étaient trop justes, ou bien finissaient trop cruels.

Il n'y avait pas que le doute de la crédibilité. Qu'était-elle à ce stade, elle qui ne parle jamais, ou presque pas. Se résoudre à écouter quelqu'un. Éléonore. Compliquée, celle-ci, évident pas vrai. La douleur Elizabeth a connu. Elizabeth devine les contours du dessin, la petite histoire derrière le désespoir humain et l'appel aux réponses.

Le pourquoi est logique, un enfant se questionne toujours. Pour une mort, un abandon. Un responsable, voilà ce que cherche l'enfant. C'est insensé, c'est immoral. A chaque fois, les yeux d'Elizabeth croisent ceux de la jeune femme, et attendent un instant. Pourquoi on finit par remplacer les adultes, et être responsables pour nous. De la perte. Causée par une mort. Ensuite, ça lui fronce les sourcils, parce qu'elle ne connait plus ce sentiment; le constant pourquoi.

Pourquoi moi.
Forcément quand on arrête de se poser des choses sur sa personne. On s'amuse de voir que les problèmes des autres, autour, ailleurs, existent encore. Et sans doute le terrain devient-il pentu. Oui.
Vas-tu répondre de ta sage tête Sawyer ?

▬ Ça ne fonctionne pas. Systématiquement.

Silence.

▬ Tu ne peux pas suivre la route parce que. Tu ne vas pas y tenir bien longtemps. Sortir des sentiers, et non pas sauter de la falaise. C'est ce que tu devrais songer à faire.

Mais qui était-elle pour lui tutoyer ses conseils et lui donner une voie pour ne pas tomber. Parfois ça en devenait pathétique.

▬ Si ça n'a pas marché, du moins la première fois. Il faut tout reprendre du début. C'est bien le comble de la vie; d'être chienne. Pause. Et puis. Tu as bien quelqu'un. Qui t'a rattrapée. A un moment ?

Voyez. Le genre de questions qui méritent une réponse. Bien différent du pourquoi amer du jour, hum.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eléonore A. Sullivan
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 21/06/2014
Localisation : En vacances !

MessageSujet: Re: Au bord du gouffre... [ouvert]   Sam 26 Juil - 21:33

Je soufflai un bon coup. Maintenant que j'avais vidé mon sac, je me sentais beaucoup mieux. Je tournai la tête vers Elizabeth, un peu gênée. Je n'aurais peut-être pas dû tout lui lâcher comme ça. Je l'embêtais sûrement avec toutes mes histoires. Pourtant, ça faisait un bien fou. J'en avais presque envie de sourire. Presque.

▬ Ça ne fonctionne pas. Systématiquement.

Je fronçai les sourcils. Que voulait-elle dire exactement par là ? Que dans la vie, il y avait les chanceux, et les autres ? Que ça ne pouvait pas aller pour tout le monde ? Ou que je devais provoquer ma propre chance...

▬ Tu ne peux pas suivre la route parce que. Tu ne vas pas y tenir bien longtemps. Sortir des sentiers, et non pas sauter de la falaise. C'est ce que tu devrais songer à faire.

Le vent dans les cheveux, je fixai de nouveau la mer, songeuse. Cesser de suivre cette route, que tout le monde empruntait, mais que je ne parvenait pas à suivre. Tracer ma propre route.
Suivre ton propre instinct, tes propres envies. Cesser de te soucier de l'avis des autres.
Je souris, amusée. Alan était particulièrement doué pour ça. Pas moi.

▬ Si ça n'a pas marché, du moins la première fois. Il faut tout reprendre du début. C'est bien le comble de la vie; d'être chienne.

Je relevai la tête, plissant les yeux pour les protéger du vent.
Tout reprendre...

▬Et puis. Tu as bien quelqu'un. Qui t'a rattrapée. A un moment ?

Je me figeais. Quelqu'un qui m'a rattrapée ? Qui m'a soutenue. Qui m'a aidée à tenir... Alan. Mon grand frère. Il avait toujours été là pour moi. Il était, plus que tout, ma raison de vivre.
C'est tout ? Tu en es sûre ?

Et puis, il y avait, peut-être...Andrew ?
Je me tournai brusquement vers elle, la curiosité dans le regard.

-Tu ne connais pas quelqu'un qui s'appelle Andrew ? Il est au lycée. Dans ma classe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Sawyer
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 21/05/2014
Localisation : Loin de Cunningham

MessageSujet: Re: Au bord du gouffre... [ouvert]   Ven 1 Aoû - 19:58

C'était étrange de voir les poupées déprimées s'agiter, se violenter, se retourner, lui faire de grands yeux, elle la pensait encore dans sa réflexion, mais la jolie tristesse avait relevé la tête, avait attiré Elizabeth qui en oublia le vide, qui en oublia la falaise, qui se tut en entendant le nom qu'elle avait presque trop enthousiasmé avec ses lèvres.

Andrew. Là elle se souvint de sa question, et ses dents se joignirent avec impatience, elle ne comprenait plus. Ce que ce garçon apportait à d'autres, ce qu'il avait de si bon à se dresser, à ne pas être impartial. Non il avait fallu que ce soit Andrew. Et son visage la trahissait, ses sourcils se fronçaient. Elle oublia doucement son nom, Andrew, Andrew, mais elle rejetait déjà une peine impardonnable de ses grandes pupilles toutes renfermées. Elle fixa la brune, elle passa sa langue contre le reste de sa bouche et inspira. Il lui fallait ce temps pour ne pas dire trop de bêtises. On avait pas choisi la meilleure question possible, non.

▬ ... Je le connais pas.

Menteuse. Menteuse. Menteuse.

▬ Je le connais plus.

Rajoute ça et puis condamne toi à accepter que tu le connais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eléonore A. Sullivan
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 21/06/2014
Localisation : En vacances !

MessageSujet: Re: Au bord du gouffre... [ouvert]   Ven 6 Mar - 20:05

[Ouais je sais, à ce stade, ça devient carrément du hors contexte, mais j'avais vraiment trop envie décrire. Alors... ]

Long silence. Alors que je met du temps à percuter que sa réponse arrive bien trop lentement, je ferme les yeux, un petit sourire sur les lèvres. Andrew. Mon chevalier servant pourrait-on l'appeler.
Quelle naïveté El', c'est pas croyable.
Pourtant, il avait été le seul à me faire reprendre confiance en moi. Sans même me connaître. Il m'avait semblé me sortir du gouffre. Ce même gouffre qui s'étendait sous mes pieds... ? Peut-être étais-je naïve, peut-être ne le connaissais-je pas, mais d'aussi loin que je me souvienne, j'avais toujours fait confiance à ce que je voyait. Aux faits. Et jusqu'ici, mon intuition ne m'avais jamais trompée.

▬ ... Je le connais pas.

Je sursautai au son de la voix d'Elizabeth. Sa réponse avait mis tellement de temps à venir, que je n'avais même pas fait attention que je ne l'attendais même plus. Telles étaient parfois nos étranges conversations. Quelques mots jetés dans le vide, ne cherchant pas forcément de destinataires. Et soudainement, une réponse.

Trop habituée, je ne pris pas attention d'abord à ce qu'aurait pu signifier ce silence. Je la toisai un instant, avant de reporter mon regard sur la mer, un sourire crétin sur les lèvres. Sans vraiment savoir pourquoi, j'avais soudainement envie de lui parler de lui. De sa gentillesse cachée derrière une nonchalance savamment étudiée. Ses goûts vestimentaires originaux. Sans oublier son poulet !

▬ Je le connais plus.

Naïve, naïve petite Eléonore.
Je perdis mon sourire, me sentant étrangement honteuse, et me tournai vers elle, sans vraiment comprendre.
Elle l'avait donc connu. A un moment.
J'avais un pressentiment.

-Tu... Vous étiez proches ? Vous... Que s'est-il passé ?

Au pire, ça ne te concerne pas vraiment. Tu ferais d'ailleurs mieux de lâcher l'affaire tant qu'il en est encore temps. Tu risque d'être déçue si tu persiste...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au bord du gouffre... [ouvert]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au bord du gouffre... [ouvert]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Au bord du gouffre
» Au bord du gouffre [PW Sargas]
» C’est qu’à la base, je suis au bord du gouffre, tu vois le truc ? { Pv Aang }
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Upapany :: Upapany Island :: Côté nord-est de l'île :: Falaise-
Sauter vers: