C'est un forum où tout RPG est accepté, tant qu'il respecte les règles. Vous pouvez laisser libre cours à votre imagination, ou vous incarner dans un monde que vous adorez !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Alan S. Sullivan
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : At the paradise

MessageSujet: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Jeu 3 Juil - 18:08

"-Je suis vraiment désolée Al, c'était totalement imprévu ! Mais là, je ne peux vraiment pas refuser, tu comprends ? Excuse-moi de te laisser tomber comme ça, mais pour le coup, je n'ai pas le choix !"

-Mais cette fois-ci tu m'avais promis ! En plus ce n'est pas la première fois que tu me fais le coup. Depuis quand on reporte cette soirée, rappelle moi ?

Même en me trouvant à l'autre bout du fil, face au silence qui se prolongeait, je pouvais deviner qu'elle était en train de se mordre la lèvre, cherchant un moyen de se rattraper.

"Je saiiiiiiis ! S'il te plait, pardonne-moi. Mais, tu n'es pas tout seul. Rox et Gaby vont te rejoindre, n'est-ce pas ?

Je soupirai.

-Non, je te rappelle qu'ils travaillent ce week-end. On avait prévu cette sortie en fonction de tes disponibilités je te signale. Lexi...

"-Et bien tu n'as qu'à envoyer un message à Matt, je suis que...

-Qu'il a une réunion de famille. Ça fait une semaine qu'il le répète.

"-Je suis vraiment désolée Alan. Je me faisait un plaisir de venir, mais... Je dois filer. Vraiment... Désolée. Et puis, je suis sûre que tu te débrouillera à merveille. Je te connais. A plus !

Et avant que j'ai pu protester, elle me raccrocha au nez.
Vous venez de voir Alexia Barthès - ma meilleure amie et plus fidèle compagne de...tout ce que vous voulez depuis que nous avons l'âge de savoir ce que ça signifie - dans toute sa splendeur.
Avec elle et Matt, que nous fréquentions depuis nos premiers jours en temps qu'étudiants, nous étions dans la même université et - accessoirement - ce qu'on pouvait qualifier d'inséparables.

Mais pas assez visiblement pour qu'elle m'évite ce genre de situation.
Je me retrouvai désormais comme un con, devant ce bar, mon portable à la main. Et seul.
Tu me revaudra ça.

Bon, je n'allais pas poireauter là toute la soirée. D'ailleurs, Lexi avait raison sur un point: je saurais me débrouiller.
C'était quelque chose d'inné chez moi. Je pouvais rentrer seul dans un bar - ou n'importe où - et discuter toute la soirée avec des inconnus comme à des vieux amis.
Je pris donc une inspiration et poussa la porte.

L'ambiance était électrique, la soirée étant déjà bien entamée. Je n'aurais donc aucun mal à m'y faire.
D'autant plus que l'île n'était pas si grande que ça, et que je connaissait la plupart des visages ici.
Je m'installai au bar tandis qu'une jeune fille commanda une boisson non loin de là. Alors que j'attendais moi-même mon tour pour commander, elle s'approcha de moi, un verre à la main, et me le tendis.

-De la part du type assis là-bas, me glissa-t-elle malgré le bruit.

Au son de sa voix, je compris qu'elle ne voulais pas plus s'impliquer dans cette histoire bizarre, et ne tarda pas à disparaître.
Je tournai la tête dans la direction qu'elle m'avait indiquée, et me figeait.
Plutôt grand, les cheveux bruns bouclés, un visage charismatique, incroyablement séduisant, je reconnaissais ce type avec un pincement au coeur.
Jake. Jake Cooper.

Je me retournai aussitôt, reportant mon attention sur...autre chose.
Ça faisait quoi, trois ans ?
Jake et moi nous étions fréquentés au lycée. Une longue et intense relation qui s'était mal finie.
Pas que les remarques nous atteignaient, nous étions au-dessus de tout ça.
Non, le problème, c'était que Jake était dans le genre possessif.
Et j'avais moi-même décidé d'arrêter cette histoire le jour où, après avoir trop bu, il avait fini par me casser le nez après une crise de jalousie.
Je ne l'avais plus revu depuis.
Putain, qu'est-ce qu'il fait là ?

Après un long moment d'hésitation et de débat intérieur, je fini par me lever, mon cocktail à la main, pour le lui poser sous le nez.

-Salut Alan, ça faisait longtemps. Tu n'as pas soif ?

Il avait l'air si plein d'assurance, mais je savais comment il pouvait être.

-Je croyais avoir été clair la dernière fois. Je ne veux plus te revoir.

Certes, ça pouvait paraître difficile sur une île, surtout aussi petite, mais vous saisissez l'idée.

-Tu n'es pas sérieux ? Tu as peut-être oublié tout ce que nous avons vécu, mais pas moi !

Je soupirai. Il était inutile de tenter de lui faire entendre raison. Je me contentai de me détourner pour rejoindre ma place au bar.

-De toute façon, tu me connait très mal. Je te rappelle que je ne supporte pas la tequila.

Une fois installé, je commandai un mojito et attendis qu'on me serve, m'appliquant à fixer soigneusement les différentes bouteilles entreposées derrière le bar, sans pouvoir lire la moindre étiquette.
Je pouvais presque sentir son regard perçant posé sur moi.
Une fois la serveuse de retour, je me penchai vers elle.

-Pourriez-vous me faire la conversation s'il vous plait ? C'est vraiment très important.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Winstiel
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/06/2014
Localisation : Dans les méandres de mon esprit

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Jeu 3 Juil - 18:30

Lorsque je devais travailler au bar, je laissais toujours Samantha aux commandes. Les gens qui fréquentaient le bar n'étaient pas méchants, mais lorsque les hommes voyaient double, leurs mains s'égaraient malencontreusement sur la serveuse, ou ils devenaient trop entreprenant. Et ça me rendait très mal-à-l'aise. Sam, elle, savait gérer ce genre de comportement puisqu'elle avait le même.

Donc ce soir-là ne dérogeait en rien à l'habitude, et Sam zigzaguait entre les tables, son plateau à la main, adressant sourire à certains et regard noir à d'autres. Le bar était bondé (nous étions vendredi soir, tout le monde sortait), et nous n'étions que trois serveuses en tout. Il fallait donc travailler vite et bien. Mais Cynthia, l'une des serveuses, attrapa le bras de Sam.

-Il faut que tu prennes mon côté de la salle, s'il-te-plait, je n'arrive plus à les gérer, ils me prennent pour une strip' plutôt que pour une serveuse.

Sam haussa les sourcils. Elle n'était pas du genre à rendre service, mais le défis l'intéressait. Elle voulait se mesurer à tous ces rustres pour leur montrer qu'une femme savait se faire respecter.

-OK, mais tu me devras une bouteille de vodka, lui répondit-elle.

Avec un sourire Cynthia accepta et elles échangèrent rapidement leur plateau et se firent un récapitulatifs des commandes.

Lorsque Sam arriva au bar, une voix masculine attira son attention.

-Pourriez-vous me faire la conversation s'il vous plait ? C'est vraiment très important.

Je reconnus la voix instantanément et me débattis avec force contre Sam pour prendre sa place. Finalement, Sam me céda les commandes, avec une sorte de satisfaction malsaine. Je ne me doutais pas encore pourquoi.

-Alan, c'est ça ? J'aimerais bien te faire la conversation, mais j'ai plusieurs clients qui braillent pour qu'on les gorge de bière afin qu'ils puissent y noyer leur stupidité.

Je me retins de lui demander pourquoi il tenait tant à ce qu'on lui fasse la conversation. Ce ne serait pas très poli de ma part.

"Sérieux, Cas' ? Aller, demande-lui, satisfait un peu ta curiosité !" me souffla Sam, brûlante de savoir ce qui poussait Alan à nous accoster - si c'était à nous spécifiquement qu'il s'adressait, ce dont je doutais (il m'avait vouvoyée, ce qui indiquait qu'il ne m'avait pas reconnue).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan S. Sullivan
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : At the paradise

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Jeu 3 Juil - 19:06

La serveuse hésita un court instant, mais je me fis patient. De toute façon, j'étais bien trop préoccupé pour remarquer quoi que ce soit.

-Alan, c'est ça ? finit-elle par répondre. J'aimerais bien te faire la conversation, mais j'ai plusieurs clients qui braillent pour qu'on les gorge de bière afin qu'ils puissent y noyer leur stupidité.

Ma première réaction fut de rire. En effet, le bar était plein à craquer en ce vendredi soir.
Et la plupart des clients commençaient à être pleins eux aussi.
Et ils commençaient à être lourds. Voire carrément entreprenants avec certaines serveuses.

Je n'aimais pas cette ambiance. Je préférais venir le jeudi soir, c'était bien plus calme. Sauf qu'Alexia avait insisté pour ce soir là justement.
Et au final j'étais seul. Seul avec Jake.
Je te revaudrai ça Lexi, ne t'inquiète pas.

De toute façon, ma relation avec Lexi était compliquée en ce moment. Tout bien pensé, il n'y avait pas eu une fois où c'était particulièrement simple.
Nous avions toujours eu un lien très particulier, frôlant l'ambigüité plus d'une fois.
Et maintenant il y avait Matt.
Mais nous nous y faisions très bien. Tous les trois. D'ailleurs...

Je m'interrompis un moment dans mes pensées. Je rêvais où la serveuse m'avait tutoyé ? Et appelé par mon prénom. Accessoirement.
Je ne cherchai même pas à la retrouver du regard pour tenter de la reconnaître, je savais que c'était inutile. A la place, je fermais les yeux et me concentrais sur le son de sa voix, y associant des souvenirs...

-Cassie ?

Maintenant que j'y repensais, et en observant la serveuse avec un peu plus d'attention, sa silhouette ainsi que sa façon de se comporter étaient assez caractéristiques.
Quoique...
La dernière fois, c'était plutôt...confus pour tout dire.
J'avais vraiment eu l'impression d'avoir à faire à deux personnes.

En l'observant évoluer parmi cette bande d'ivrognes, un plateau de bières à la main, je ne pu m'empêcher de me demander à qui j'avais à faire en cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Winstiel
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/06/2014
Localisation : Dans les méandres de mon esprit

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Jeu 3 Juil - 19:27

[Je profite des 30 minutes qu'il me reste ]

J'avais abandonné là Alan pour aller servir une table particulièrement bruyante, sous les commentaires sarcastiques de Sam, me disant que je ne savais pas m'y prendre.

Après cinq minutes où je me débattis pour échapper aux mains baladeuses des ivrognes, je revins vers le bar, près d'Alan qui m'observait avec curiosité. Mais aussitôt arrivée, une commande arriva. Avec un soupir, je laissais Sam prendre les commandes. Cet univers n'était pas le mien, et je n'arrivais pas a y évoluer correctement.

Sam partit donc faire son job, et elle le fit bien. Lorsqu'un homme laissait traîner ses mains, elle les lui attrapait et faisait pression sur les points névralgiques. Il finissait par lâcher prise.

Après s'être assurée que toute ses tables étaient servies, elle retourna au bar, un sourire en coin étirant ses lèvres. J'avai abandonné l'idée de prendre les rênes pour le moment, Sam allait en profité.

Elle s'accouda au bar, près d'Alan, et tourna la tête vers lui.

-Alors beau gosse, j'ai à peu près cinq minutes à t'accorder. Dis-moi c'qui te tracasse comme ça. Pourquoi tu voulais que je te fasses la conversation ? demanda-t-elle.

Je n'avais pas le cran de demander, ce n'était pas le cas de Sam. Elle ne se gêna pas et lui lança un regard inquisiteur. Elle songea avec humour qu'habituellement c'était les barmen qui faisaient les psy, pas les serveuses. Mais, elle se dévouait pour Alan. Pas pour ce que vous croyez, bien sûr... Enfin, un peu, mais pas que. C'était l'un des rares encore sobres, il n'était jamais là quand elle servait, et bizarrement, après l'avoir croisé sur la plage et lui avoir lancé l'invitation, il était là. Elle était bien curieuse de savoir pourquoi il n'avait pas juste fait comme la plus part des mecs : ignorer son invitation et la traiter de folle. Comme tout le monde le faisait sur l'île -enfin plus ou moins. On était habituée avec Sam.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan S. Sullivan
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : At the paradise

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Jeu 3 Juil - 20:10

Je devais avouer que j'étais impressionné. Malgré l'heure tardive et les mains baladeuses des ivrognes, Cassie restait de marbre et les repoussait fermement sans user de violence.
En fait, elle marchait à l'intimidation.

Je l'observai encore faire un moment, finissant par oublier la présence de Jake.
Posé tranquillement au bar, sirotant mon mojito, j'étais bien.
Si ce n'étaient les hurlements insupportables des types bourrés de la table d'à côté, et les jeunes filles peu farouches qui tentaient de se faire payer un verre.
Désolé mes jolies, je ne suis pas intéressé.

Finalement, j'en était presque à la moitié de mon verre lorsque Cassie revint et s'accouda nonchalamment contre le bar, un sourire sur les lèvres.

-Alors beau gosse, j'ai à peu près cinq minutes à t'accorder. Dis-moi c'qui te tracasse comme ça. Pourquoi tu voulais que je te fasses la conversation ?

D'accord, je voyais à peu près à qui j'avais à faire. Enfin, je ne la connaissait pas très bien, mais il était clair qu'elle n'était pas décidée à me montrer son côté timide et farouche ce soir.
Pas de problèmes.
Voyons seulement si nous pouvons gagner du temps.
Pas que je n'avait pas envie de parler de ma vie privée à la première inconnue, mais si je pouvais allonger la discussion, au moins jusqu'à ce que Jake s'en aille...

-Si je te paye un verre, tu laisse tomber la raison ?


Non, ce n'étais aucunement une invitation à quoi que ce soit.
Et oui, je pouvais toujours rêver.
D'abord, une serveuse n'avait pas le droit de boire en service.
Ensuite, je n'étais pas sûr qu'elle soit le genre à laisser tomber.
A tous les coups, elle trouverait moyen d'obtenir le verre et la raison.
Mais ça ne coûtait rien d'essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Winstiel
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/06/2014
Localisation : Dans les méandres de mon esprit

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Jeu 3 Juil - 22:16

-Si je te paye un verre, tu laisse tomber la raison ?

Visiblement, il ne connaissait pas encore la manière de fonctionner de Sam. Elle ouvrit la bouche, mais je la devançais. Elle ne s'attendait pas à ce que je reprenne le contrôle, aussi il fût plus facile pour moi de prendre sa place.

-Pas de problème, je laisse tomber. Pour le verre, je passe mon tour, mon patron va pas apprécier, et les ivrognes y verront une sorte d'invitation. Mais, si tu n'as rien à me dire, je vais devoir retourner travailler, je suis désolée. Mon patron ne me paie malheureusement pas à rien faire.

Je lui adressais un sourire désolé avant qu'un homme ne me hèle de façon obscène. Après un soupir lasse je me dirigeai vers le client.

Alors que je laissais libre champ à Sam, elle m'envoya balader, me laissant seule devant l'homme saoul qui entreprit de me faire comprendre que lui aussi aimerait bien discuter avec moi. Enfin, que je dis discuter, ce n'était pas tout à fait ce qu'il avait en tête. Tentant de garder mon calme, je reculais simplement de quelques pas et réitérai un "Que puis-je pour vous" poli avec un sourire de plus en plus forcé.

N'étant pas de nature méchante, ou très combative, mais plutôt peureuse, la panique commença à monter lorsque l'homme décida qu'il n'avait aucunement besoin de ma permission pour me toucher. Il se rapprocha dangereusement de moi, si près que je sentais son haleine qui empestait l'alcool me chatouiller les narines. Il m'emprisonna alors dans ces bras, faisant tomber mon plateau au sol.

"Sam, je t'en prie, aide-moi !" l'implorai-je. Elle émit alors un ricanement mesquin, refusant toujours de prendre le contrôle. Dans tes rêves, pouffiasse. Tu vas payer. Ce fut tout ce qu'elle me répondit.

N'étant pas très forte ni très grande, je me débattis autant que je pouvais, mais pas assez pour le faire lâcher prise. Sam prenait un malin plaisir à me voir batailler contre cet ivrogne sans me donner le moindre indice pour maîtriser ses ardeurs. Alors que je savais qu'elle en était capable. Elle voulait me faire payer la prise de contrôle qui l'avait empêcher de faire cracher le morceau à Alan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan S. Sullivan
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : At the paradise

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Ven 4 Juil - 14:25

Elle ouvrit la bouche pour me répondre, lorsqu'elle sembla hésiter. Avant de finalement répondre...pas du tout ce à quoi je m'attendais.

-Pas de problème, je laisse tomber. Pour le verre, je passe mon tour, mon patron va pas apprécier, et les ivrognes y verront une sorte d'invitation. Mais, si tu n'as rien à me dire, je vais devoir retourner travailler, je suis désolée. Mon patron ne me paie malheureusement pas à rien faire.


Elle me lança un sourire contrit auquel je répondit avec toute ma sympathie. Bon, finalement ce n'était même pas la peine que je tente de tergiverser pour lui cacher la raison de mon malaise.

Elle se fit alors héler de manière totalement irrespectueuse par un type déjà bien plein. Et elle ne protesta même pas. Au contraire, elle se dirigea vers lui sans rien laisser paraître, pour prendre sa commande.
Comment Pouvait-on être aussi malpoli ? On était dans un bar, pas dans un bordel ! Et quand bien-même.

-Et s'il te plait, ça t'étoufferai ? marmonnai-je.

J'entendais déjà d'ici de rire d'Alexia.
C'est tout ce dont tu es capable ?
En repensant à Alexia, elle aurait su les remettre à leur place. Elle était vraiment adorable. Mais bon, ce n'était pas une raison pour la chercher.

En un sens, Cassie me la rappelait, de temps en temps. Une seule fois en fait, quand elle avait su maîtriser les mains baladeuses du type tout à l'heure.
Elle était intransigeante sur le respect.
Je sourit en reprenant une gorgée de mon verre.
Quand j'y repensais, j'aurais bien aimé qu'elle soit là.
Elle me manquait un peu.
Allons bon, tu ne vas pas nous faire le coup de l'alcool triste, si ?

C'était que notre relation était spéciale. Plus ambigüe tu meurs.
On avait même essayé de sortir une fois ensemble, de façon officielle cette fois, il n'y avait pas si longtemps. Peut-être un an ?
Mais ça n'avait pas duré. Parce que nous n'étions pas fait pour ça. Et qu'elle craignait que je ne finisse par aller voir du côté de Matthew. Bon, c'est vrai, Matt n'est pas mal du tout.
Mais maintenant, c'est elle qui a des vues sur lui, et me donne parfois l'impression d'être en compétition. J'avais d'ailleurs été surpris lorsqu'elle m'avais proposé de l'appeler.

Aaah, Lexi... Je soupirai.

Soudain, un remue-ménage me tira de mes songes.
Le type qui avait appelé Cassie commençait à se montrer sérieusement entreprenant avec elle. Et la pauvre ne parvenait pas à se défaire de sa poigne de fer.
Je n'en revenais pas de la scène qui se déroulait sous mes yeux. C'était...révoltant.

Incapable de le supporter, et souffrant du syndrome du héro - du héro stupide oui ! - je me levai et vidai mon verre d'une traite...manquant de m'étouffer.
Niveau intervention stylée, on avait déjà vu mieux. Mais ça avait au moins eu comme conséquence d'attirer leur attention. Bien.

-Eh ! Tu pourrais au moins demander poliment. Juste histoire d'essayer.

Mais le type ne semblait pas d'humeur. Il lâcha Cassie et tenta de m’assener un coup de point que je n'eus même pas la peine d'esquiver. Il était tellement rond qu'il ne parvenait pas à viser.
Je m'approchai alors un peu plus près, le touchant, et appuyai sur un point névralgique, au niveau de la clavicule.

-S'il te plait ! insistai-je alors qu'il s'écroulait de douleur.

Bon, je devais avouer que j'étais fier de mon petit effet, l'air de rien. Tellement, que je ne pris pas garde au deuxième type et à sa droite qui vint percuter ma pommette gauche, me laissant probablement une marque.
Sans compter que je parti goûter au comptoir.

-Putain...

Et encore, ce n'était rien. En fait, les choses dégénérèrent vraiment lorsque Jake s'en mêla.
Putain, il pouvait pas comprendre que je n'avais pas besoin de son aide ?
Syndrome du héro.
Certes...

Sauf que je voyais se profiler la bataille générale. Genre, gros comme une maison.
Je tentai de m'approcher de Cassie, lui intimant d'appeler la police avant que ça ne tourne mal.
Et je me pris un poing.
Encore.
Dans le nez.
Pour changer.

Je me tint le visage, le nez en sang. Pu. Tain. Il était cassé.
Encore.
Et le coup venait de Jake.
Toujours lui.
Je me tournai vers lui, furieux.

-Putain, mais tu pouvais pas changer tes habitudes ! C'est moi le bigleux ici, je te signale ! Et c'est toi qui viens encore de me casser le nez, crétin !

Il se rapprocha, de moi, confus, tentant de me bafouiller des excuses.
Visiblement, les choses n'avaient pas changées. Il n'avait toujours pas digéré.
Car c'était comme ça avec Jake. Dès qu'il m'arrivait quelque chose, il devenait fou, et comme il était plutôt bien bâti, les gens qui m'avaient cherché des noises finissaient plutôt mal.
Sauf que je finissais toujours par me prendre un coup.

Il tenta de regarder les dégâts causés, procédant avec une douceur que j'avais presque oublié. L'un des ivrognes nous observa avant de cracher de dégoût.
Ça aussi je l'avais presque oublié.

Je le repoussai alors fermement, le regard dur. Que les gens nous fixent, je m'en fichai comme de mon premier bavoir.
Le problème, c'était lui.

-Tu n'avais pas à t'en mêler ! Vas-t'en ! Je ne veux plus te voir !

Ne faisant déjà plus attention à lui, je me relevai pour tenter de voir si Cassie allait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Winstiel
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/06/2014
Localisation : Dans les méandres de mon esprit

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Ven 4 Juil - 14:50

Tout vira au cauchemar. Vraiment. Alan attira l'attention de l'ivrogne, et le maîtrisa sans difficulté. Mais s'était sans compter le copain de l'homme, qui lui asséna un violent coup de poing. Je poussai un petit cri qui acheva d'ameuté tout le monde. Dont un jeune homme - plus jeune que la plus part des habitué, il devait avoir plus ou moins le même age qu'Alan et moi.

Le tout commença en bagarre générale. Et ils s'en donnèrent à coeur joie. Soudain, le jeune homme frappa Alan au visage, et le sang se mit à couler abondamment de son nez. J'étouffai un cri d'horreur.

"Sam, je t'en pris, ramène le calme... Fais-le pour notre paye au moins, le patron va retenir ça sur le salaire de toute les serveuses, tu le sais !" arguai-je. Argument qui la fit céder.

-Tu n'avais pas à t'en mêler ! Vas-t'en ! Je ne veux plus te voir !

Elle s'approcha du jeune homme qui avait frapper Alan - elle l'observa d'ailleurs avec beaucoup d'intérêt - et lui mit une droite à son tour. Elle secoua la main, endolorie par le coup.

Elle monta alors sur le bar et adressa un regard à la ronde.

-Ca suffit maintenant ! hurla-t-elle. Si vous ne retournez pas gentiment vous asseoir j'appelle les flics et vous finirez tous en cellule de dégrisement. Vos femmes paieront les cautions, et le bruit va courir sur l'île. Imaginez un peu. Alors, tout le monde retourne à sa boisson !

Elle posa les mains sur ses hanches. Personne ne protesta, parce que les habitués savaient quand Sam prenait les commandes. Bien sûr, ils ne se doutaient pas une seule seconde que c'était Sam. Ils pensaient simplement que j'étais folle, ou bizarre.

Elle descendit du bar. Après cet incartade, personne n'osait l'appeler pour commander à nouveau. Cynthia allait être débordée pendant quelques minutes.

-Alors Alan, prêt à discuter, maintenant ? lui lança-t-elle en s'accoudant au bar avec nonchalance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan S. Sullivan
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : At the paradise

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Mar 8 Juil - 22:50

La tête me tournait. D'un autre côté, deux coups en moins de cinq minutes...
Quelle idée de t'interposer aussi !

Je remarquai enfin Cassie. Elle était littéralement horrifiée.
Il fallait dire que la situation n'allait pas en s'arrangeant. Bon, au moins, la bagarre ne s'était pas généralisée comme je l'avais craint. Seulement trois ou quatre belliqueux, les autres, pour la plupart, étaient trop pleins pour pouvoir donner le moindre coup.
C'était pitoyable ce que l'alcool pouvait faire à l'être humain.

Soudainement, la jeune femme sembla se réveiller. Son air apeuré devint dur et elle sembla sûre d'elle. Elle s'approcha d'abord de Jake pour lui coller une droite à son tour. J'étais bien trop éberlué pour protester. De toute façon, je ne comptais pas protester. Il n'avait qu'à pas se mêler de ce qui ne le regardait pas.
Tu peux parler, toi.
Oui, ben justement, je savais ce que ça faisait, et je ne le conseillait à personne.

Finalement, elle monta sur le bar pour lancer d'un air autoritaire, assez fort pour que toute la salle l'entende.

-Ca suffit maintenant ! Si vous ne retournez pas gentiment vous asseoir j'appelle les flics et vous finirez tous en cellule de dégrisement. Vos femmes paieront les cautions, et le bruit va courir sur l'île. Imaginez un peu. Alors, tout le monde retourne à sa boisson !

Ça avait le mérite d'être clair. Et efficace. Chacun retourna à ses occupations, commandant même de nouvelles boissons. Comme s'ils n'avaient pas assez bu. Étonnement, personne n'osa solliciter Cassie. Je souris, amusé bien malgré moi.

Entre temps, j'avais trouvé une serviette en papier et épongeait déjà le sang qui dégoulinait de mon nez. Je n'étais malheureusement pas parvenu à sauver ma magnifique chemise. Si seulement Lexi avait été là. Au moins, j'aurais eu quelqu'un pour me féliciter de mes exploits.
Tu peux toujours rêver.
Mouais. Elle aurait surtout été morte d'inquiétude... Après avoir essayé de me venger. Je soupirai. Comme si j'étais incapable de me débrouiller seul, sérieusement.
Tu veux qu'on reparle de ton nez ?
Eh ! Si on m'avais laissé me débrouiller tout seul, je n'aurais peut-être pas eu le nez cassé !

-Alors Alan, prêt à discuter, maintenant ?

Je me retournai, à peine surpris, pour découvrir Cassie, accoudée nonchalamment au bar. Je me tournai vers elle, cessant un instant d'éponger mon nez. En cet instant, je pouvais presque sentir le regard brûlant de Jake posé dur moi.

Mais je n'y fit pas attention. En fait, j'étais plutôt vexé. Pas de regards d'admirations devant ma formidable intervention, de soupir de soulagement au moment de sa délivrance, de larmes et de remerciements chaleureux.
Pour peu j'aurais pu être déçu. J'avais pourtant risqué ma vie - enfin, surtout celle de mon visage - allant jusqu'à finir complètement défiguré - je perdais un atout charme important, là - et je n'avais pas droit à, ne serait-ce qu'un petit remerciement. Quelle ingratitude !

Je m'appuyai au bar à mon tour, jetant des regards distraits autour de moi, sans lui accorder grande attention - oui, j'étais susceptible, et alors ? Je baissai la tête, jouant avec mes doigts d'un air désintéressé.

-Ah, toujours cette même question, je suppose.

Bien sûr, qu'est-ce qui pourrais l'intéresser de plus ? Je haussai les épaules, sans pour autant lever mon regard.

-Je suis déçu. Je pensais valoir un peu plus qu'une simple curiosité sur ma vie privée, après t'avoir porté secours. Je pensais avoir mérité au moins un remerciement. Au moins pour le nez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Winstiel
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/06/2014
Localisation : Dans les méandres de mon esprit

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Mar 8 Juil - 23:39

J'avais l'impression qu'il ne répondrait jamais. En même temps, il devait avoir le nez cassé, et avoir du sang qui coule dans sa bouche juste pour satisfaire la curiosité de Sam n'était pas une assez bonne motivation pour le faire. Mais, il répondit, à ma grande surprise.

-Ah, toujours cette même question, je suppose.

Je sentis Sam s'agacer. Étonnement je la comprenais un peu. C'était lui qui avait demandé à lui faire la conversation. Mais, elle ne devait pas insister, s'il ne voulait pas lui répondre. Il en avait le droit après tout.

"Je lui ai même pas demander une seconde fois ! Je lui ai demandé s'il était prêt à parler, ça veut dire beaucoup de choses !" s'énerva Sam. J'étais surprise qu'elle ne le lui ai pas dit en face. Lorsque je compris pourquoi. Il enchaînait déjà.

-Je suis déçu. Je pensais valoir un peu plus qu'une simple curiosité sur ma vie privée, après t'avoir porté secours. Je pensais avoir mérité au moins un remerciement. Au moins pour le nez.

Elle souffla, irritée.

-Petit un, j'ai pas demandé à faire la conversation en premier. Petit deux, je ne faisais pas forcément référence à ta demande, aussi incroyable que ça puisse paraître. Je me tape de ta vie privée ok ? Je ne savais même pas que c'était à propos de ça. Et petit trois, ce n'est pas moi que tu as sauvé, mais Cassie. Je ne te dois rien, moi. Donc si c'est tout ce que tu as à me dire, je vais retourner bosser.

Je n'en revenais pas. Elle venait de parler de moi à la troisième personne. Elle lui avait fait comprendre que ce n'était pas moi qui parlait. Pourquoi avait-elle fait ça ? C'était aussi surprenant que catastrophique. Surprenant parce que d'habitude elle aimait tout me mettre sur le dos. Catastrophique parce que maintenant il pouvait me faire passer pour une folle. Enfin, encore plus que d'habitude. On allait probablement nous faire enfermer pour ça. J'allais devoir quitter l'île, ma famille, mes amis, parce qu'il n'y avait pas d'hôpital psychiatrique ici.

Toutes ces pensées traversèrent mon cerveau à la vitesse de l'éclaire et la panique commença à monter. Catastrophique. C'était catastrophique. Comment avait-elle pu nous faire ça ? Elle n'était pourtant pas stupide ! ...

"Oh, détends-toi, pouffiasse. Tu crois qu'il va faire quoi, hein ? Se lever en faisant tomber son tabouret, hurlant à tout va qu'on est un monstre, qu'on est folle ? De toute façon, on est en plein milieu d'un bar. Un bar. Dont les trois-quart des clients sont pleins. Qui ça va intéresser ? Et puis, qui accordera du crédit à quelqu'un qui dit avoir entendu une fille parler d'elle à la troisième personne dans un bar à cette heure avancée de la nuit ? Ils penseront qu"il était aussi ivre que les autres. Alors fous-moi la paix bordel. Sinon je te jure que je me venge sur lui".

Après ce discours fleuri, je tentai de réprimer mon angoisse. Je savais qu'elle était capable d'être performative. Et je trouvai qu'Alan avait déjà pas mal souffert pour la nuit. Même la semaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan S. Sullivan
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : At the paradise

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Jeu 10 Juil - 14:48

Visiblement, ce n'était pas vraiment la réponse qu'elle attendait. Je pouvais facilement le deviner à son souffle irrité.

-Petit un, j'ai pas demandé à faire la conversation en premier. Petit deux, je ne faisais pas forcément référence à ta demande, aussi incroyable que ça puisse paraître. Je me tape de ta vie privée ok ? Je ne savais même pas que c'était à propos de ça. Et petit trois, ce n'est pas moi que tu as sauvé, mais Cassie. Je ne te dois rien, moi. Donc si c'est tout ce que tu as à me dire, je vais retourner bosser.

Je relevai la tête, posant enfin mes yeux sur elle. Je restai ainsi à la fixer durant un moment. Puis, contre toute attente, je me mis à rire. Oui, je sais, il ne faut pas chercher à me comprendre. La plupart des gens que je connaissais avaient du mal, la plupart du temps.
Non mais laisse tomber, là t'es carrément suicidaire.

Je haussais les épaules. Peut-être.
La demoiselle semblait en effet assez susceptible. D'un autre côté, quand on survivait l'équivalent d'une vie aux côtés d'Alexia, en mon sens, on pouvait tout affronter.
En attendant, on pouvait dire que j'avais "trouvé" quelque chose d'intéressant. Nous y étions.

Je fini par me calmer. Avant qu'elle finisse par me taper. Mais je ne pu me débâtir de mon sourire. C'était plus fort que moi.

-Bon, je crois que ce n'est décidément pas la peine que j'attende des remerciements.

Oui, j'y pensais encore. Et oui, je finissais par renoncer. Après tout, si elle estimait que je n'en avait pas besoin... Ce n'était peut-être pas la peine de se prendre la tête pour ça. Au moins elle prennait soin de mes chevilles.

Je la fixai encore, d'un air songeur.

-Tu es une bien étrange jeune femme, Cassie Winstiel.

Je restai ainsi encore quelques secondes, avant de me redresser soudainement, d'un air enjoué, toujours accoudé au bar. Je repris alors en souriant, comme si je consentais à lui accorder une faveur.

-Très bien, je veux bien répondre à toutes tes questions, à condition que tu répondes à la mienne.

Je l'observai encore, guettant sa réaction, la laissant réfléchir, avant de continuer avec plus de sérieux.

-En début de soirée, lorsque tu as été, disons, accaparée par ces ivrognes, tu ne t'es pas démontée et leur a bienfait sentir qui commandait. Alors, pourquoi ai-je été obligé d'intervenir tout à l'heure. Tu avais l'air complètement perdue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Winstiel
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/06/2014
Localisation : Dans les méandres de mon esprit

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Jeu 10 Juil - 15:14

Il fit alors une chose à laquelle je ne m'attendais absolument pas, ni Sam d'ailleurs. Il se mit à rire. Franchement. Sam venait de lui parler de moi - d'elle même ? - à la troisième personne, et ça le faisait rire. Décidément, il était aussi anormal que moi.

Je sentais Sam s'agacer de se comportement. Et elle hésitait entre le frapper - ce qui la soulagerait grandement, mais qui pourrait démarrer une autre bagarre et lui faire perdre une partie de son salaire - et retourner à son travail avant que Cynthia ne soit débordée - elle pourrait aller se plaindre à son patron et là encore son salaire allait diminuer.

-Bon, je crois que ce n'est décidément pas la peine que j'attende des remerciements.

Sam fronça les sourcils. Effectivement, elle ne pensait pas lui en devoir, et s'il continuait à attendre, il pouvait le faire jusqu'à son dernier souffle. Elle envisageait sérieusement de retourner en salle quand il reprit la parole.

-Tu es une bien étrange jeune femme, Cassie Winstiel.

"Et tu n'as encore rien vu" fîmes Sam et moi en coeur. Sauf qu'elle le prononçait plus comme une menace, et moi plus comme un soupir las et résigné. Elle le fixa, lui et son sourire débile, lorsque son visage changea légèrement d'expression. Comme s'il allait lui dire quelque chose qu'elle voulait savoir. Comme s'il lui accordait une faveur.

-Très bien, je veux bien répondre à toutes tes questions, à condition que tu répondes à la mienne.

Ça ne sentait pas bon pour moi. Si Sam répondait, elle trouverait un moyen d'enfoncer le clou. Elle était terriblement douée pour ça. J'essayai donc de me débattre pour prendre sa place, mais elle était trop heureuse et curieuse pour se laisser faire. Et déjà, Alan reprenait.

-En début de soirée, lorsque tu as été, disons, accaparée par ces ivrognes, tu ne t'es pas démontée et leur a bienfait sentir qui commandait. Alors, pourquoi ai-je été obligé d'intervenir tout à l'heure. Tu avais l'air complètement perdue.

Elle haussa un sourcil en émettant un petit ricanement.

-Primo, tu n'as été obligé à rien. Que ça soit clair, personne ne t'a obligé à intervenir, si ce n'est toi-même. Secundo, en début de soirée, c'était moi qui travaillait. Quand tu es intervenu, c'est Cassie qui était aux commandes. Elle est bien trop innocente pour travailler ici, et comme tu l'as vu, elle ne peut pas survivre dans un bar, la pauvre chérie. Ici, c'est mon territoire, c'est moi qui commande, parce que quand c'est elle, c'est une catastrophe, répondit-elle avec un rire méprisant. J'espère que tu es satisfait de ta réponse !

De là où j'étais, je pensais avoir touché le fond. Ça ne pouvait décidément plus être pire que ça. Sam, elle, ne s'était jamais autant amusée et elle se prit à penser qu'elle allait dévoiler notre secret bien plus souvent. Je pressentais que les jours à venir allaient être un véritable enfer.

Après avoir laisser le temps à Alan de bien digérer l'info, elle reprit.

-Maintenant que tout ça est réglé, je veux savoir pourquoi tu m'as interpellé en début de soirée. Pourquoi tu voulais qu'on te fasse la conversation ? Et malgré tout ce que tu peux penser, cette question est légitime. J'aime savoir pourquoi on m'empêche de travailler !

Sentir la jubilation de Sam dans cette situation était presque indécent. Sérieusement, je ne l'avais jamais vu prendre autant de plaisir dans l'interaction avec autrui - sauf si c'était pour les frapper ou pour... autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan S. Sullivan
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : At the paradise

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Jeu 10 Juil - 16:04

Elle émit un petit ricanement.... Qui ne me dit rien qui vaille.
Tu l'as cherché !
Certes. Et si c'était à refaire... Je le referais.
Tu cherches un peu trop les détails quand même.
Je dois avouer que j'aurais pu m'attarder sur ses soudains changements de comportement, ou sur le fait qu'elle ai parlé d'elle à la troisième personne. Mais bien plus que ça, c'était le fait qu'elle ai semblé oublier comment se défendre qui m'avais le plus interpellé.

-Primo, tu n'as été obligé à rien. Que ça soit clair, personne ne t'a obligé à intervenir, si ce n'est toi-même. Secundo, en début de soirée, c'était moi qui travaillait. Quand tu es intervenu, c'est Cassie qui était aux commandes. Elle est bien trop innocente pour travailler ici, et comme tu l'as vu, elle ne peut pas survivre dans un bar, la pauvre chérie. Ici, c'est mon territoire, c'est moi qui commande, parce que quand c'est elle, c'est une catastrophe, répondit-elle avec un rire méprisant. J'espère que tu es satisfait de ta réponse !

Je fronçai légèrement les sourcils. Bon, je devais avouer que mon nez me faisait bien plus mal que ce que j'aurais pensé. Je n'imaginais même pas la tête de mon père quand son fils chéri allait rentrer à la maison.
Plus aussi chéri depuis qu'il a décidé d'étudier la biologie marine.
Certes...

Bon, d'accord. Donc, si je comprenais bien, il y avait Cassie et...une autre Cassie ? Voilà qui était pour le moins intéressant. Elle semblait... Elle semblait être deux personnes à la fois. Alors soit elle était incroyablement lunatique - mais alors sacrément, genre un phénomène encore plus violent que ma petite soeur, et ça c'est difficile - soit...

-Maintenant que tout ça est réglé, je veux savoir pourquoi tu m'as interpellé en début de soirée. Pourquoi tu voulais qu'on te fasse la conversation ? Et malgré tout ce que tu peux penser, cette question est légitime. J'aime savoir pourquoi on m'empêche de travailler !

Elle pouvait dire qu'elle se fichait de ma vie privée autant qu'elle voulait, on en revenait toujours là. Mais je lui avait fait une promesse. et je comptais bien la tenir. Mais avant...

-Avant, j'aimerais juste revenir sur un point.

Je fis une pause.

-Bien sûr que j'étais obligé d'intervenir. Quelqu'un m'y a contraint. Tu sais, ce truc qu'on appelle la conscience.

Oui, je sais. Bref...

Elle voulait vraiment que je lui dise pourquoi je voulais lui parler un peu plus tôt ? Je réfléchis un instant. Après tout, qu'est-ce que ça pouvait bien me faire qu'elle sache. Je m'étais toujours vanté que je ne me cacherais jamais de ça.

-Je voulais détourner l'attention à cause de mon ex, fis-je le plus naturellement du monde. Ce type, là-bas. Celui qui m'a cassé le nez. Par accident. Mais bon, ce n'est pas la première fois. Juste, il aurait pu innover pour une fois. Genre un bras, une côte... Il est un peu jaloux comme gars.

Je haussai les épaules, Comme si tous était le plus naturel. Après tout, pour moi, ça l'étais.

-Euh, entre parenthèses, j'aimerais que tu m'expliques un truc. Ton amie, c'est Cassie, c'est ça ? Dans ce cas, à qui ai-je l'honneur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Winstiel
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/06/2014
Localisation : Dans les méandres de mon esprit

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Jeu 10 Juil - 16:25

-Avant, j'aimerais juste revenir sur un point.

Son agacement allait bientôt atteindre son paroxysme et elle allait tourner les talons. S'il ne voulait pas parler, il avait qu'à le dire. Elle en avait réellement marre de cette discussion stérile. Non, mais franchement, elle se savait en droit de savoir pourquoi un homme l'interpellait en plein pendant son service pour lui demander de lui faire la conversation ! S'il avait commandé, encore, ça passerait - bien qu'il était accoudé au bar, il aurait pu juste vouloir draguer la serveuse, en l'occurrence Sam (et moi) - mais il n'avait même pas demandé un verre. Il voulait qu'on lui parle. Et devinez quoi, c'était exactement ce que faisait Sam à ce moment là. Et elle voulait savoir pourquoi. Pourquoi elle était obligée - enfin plus ou moins - de s'arrêter à ce bar.

-Bien sûr que j'étais obligé d'intervenir. Quelqu'un m'y a contraint. Tu sais, ce truc qu'on appelle la conscience.

Sam leva les yeux au ciel. Bah voyons, la conscience avait bon dos. Il avait juste voulu jouer les héros pour impressionner tout le monde. Sauver une jeune demoiselle en détresse était plutôt bien vue.

-Je voulais détourner l'attention à cause de mon ex. Ce type, là-bas. Celui qui m'a cassé le nez. Par accident. Mais bon, ce n'est pas la première fois. Juste, il aurait pu innover pour une fois. Genre un bras, une côte... Il est un peu jaloux comme gars.

Il avait finalement répondu. Et elle se sentit presque déçue de la réponse. C'était vraiment à propos de sa vie privée. Et vraiment, Sam n'en avait strictement rien à faire. Moi, en revanche, j'étais légèrement déçue. S'il était homosexuel, il y avait peut de chances pour qu'il y ait un truc entre lui et moi, hein ?

-Euh, entre parenthèses, j'aimerais que tu m'expliques un truc. Ton amie, c'est Cassie, c'est ça ? Dans ce cas, à qui ai-je l'honneur ?

Sam partit dans un grand éclat de rire.

-Cassie n'est pas mon amie. On partage le même corps, c'est différent. Mon nom c'est Samantha, mais Cassie m'appelle Sam.

Elle pencha la tête sur le côté, un sourire mauvais affiché en plein dans notre tête. Je sus ce qu'elle allait dire une fraction de secondes avant qu'elle ne le dise.

-D'ailleurs, en parlant de Cassie, elle est vachement déçue que tu sois gay, elle aurait bien voulu tenter sa chance avec toi. Enfin, la connaissant, elle aurait été bien trop timide pour ça. Elle aurait attendu, comme à chaque fois.

Si j'avais pu, j'aurais pleuré et serais morte de honte. Littéralement. Non seulement ce qu'elle disait était affreux, mais en plus elle avait utilisé des mots crus. D'où l'immense satisfaction qui envahit Sam à ce moment là. C'était une partie de sa vengeance pour tout à l'heure. Et ça allait durer longtemps. Elle était plutôt rancunière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan S. Sullivan
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : At the paradise

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Jeu 10 Juil - 16:50

Cassie - enfin, la personne qui me faisait face en ce moment - éclata soudainement de rire. Quoi, j'avais dit un truc de drôle ?

-Cassie n'est pas mon amie. On partage le même corps, c'est différent. Mon nom c'est Samantha, mais Cassie m'appelle Sam.

D'accord, elle me prenait pour un débile. J'avais fini par comprendre qu'elles étaient plus ou moins deux dans cette tête. Cassie souffrait donc bien d'un dédoublement de la personnalité. Plutôt violent, d'ailleurs. Et la deuxième, c'était Samantha. Bien, voilà qui facilitait les choses.

Soudain, Samantha - Sam ? - pencha la tête sur le côté, et sembla sourire...bizarrement. La connaissant, enfin, pour le peu que je la connaissait, je n'étais pas sur que ce soit très bon pour moi.

-D'ailleurs, en parlant de Cassie, elle est vachement déçue que tu sois gay, elle aurait bien voulu tenter sa chance avec toi. Enfin, la connaissant, elle aurait été bien trop timide pour ça. Elle aurait attendu, comme à chaque fois.

Pour le coup, je fut vraiment surpris par son manque de tact - ça n'aurais pas dû me surprendre - et déstabilisé. Surtout déstabilisé. Juste un instant, en fait.
Je ne tarda pas à me remettre, et à me pencher davantage au-dessus du bar. Ne serais-ce que pour la distinguer, en fait. Je n'étais toujours pas parvenu à identifier la couleur de ses yeux.

-Vraiment ? Dans ce cas, pourquoi ne laisses-tu pas la place à Cassie puisque c'est elle qui est intéressée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Winstiel
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/06/2014
Localisation : Dans les méandres de mon esprit

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Jeu 10 Juil - 17:40

La surprise que Sam lut sur le visage d'Alan la fit sourire. Elle adorait faire ça. Mais, il se reprit très vite et se pencha très en avant, la fiant droit dans les yeux. C'était comme s'il y cherchait une quelconque vérité au fond. Les yeux sont les fenêtres de l'âme non ? Peut-être cherchait-il mon âme - ce qui soulevait une question que je ne m'étais jamais posée : Sam et moi avions-nous une âme chacune ou partagions-nous la même ? - pour y déceler une folie.

-Vraiment ? Dans ce cas, pourquoi ne laisses-tu pas la place à Cassie puisque c'est elle qui est intéressée ?

Sam et moi n'arrivions toujours pas à croire qu'il prenne la nouvelle aussi bien. Sans nous traiter de folle qui plus est. C'était nouveau, et Sam adorait la nouveauté. Elle aimait relever les défis.

-Mais parce qu'elle n'est pas assez forte pour le moment, chéri. Ici, c'est mon univers. Dès qu'on franchit le seuil, c'est moi le patron. Elle a bien trop peur d'être là pour vouloir vraiment prendre la place. Tu as vu sa panique, non ? Elle a réussit à prendre le contrôle, quand il était question de ta vie privée, tu te souviens ? Et après ça, elle s'est faite tripotée par un ivrogne. Une expérience qu'elle ne veut plus jamais, jamais retentée. Je reste donc aux commandes.

Un homme et sa tablée braillèrent pour une autre bière dans mon secteur.

-Si monsieur veut bien à présent me laisser faire mon job, j'ai une table à servir, je ne suis pas payée à rien faire.

Sur ce, elle rejeta nos cheveux en arrière et, munie de son plateau rempli de chopes, elle fila servir ses clients. Pourtant, elle ne lâcha pas Alan des yeux. Je devais avouer qu'il était plutôt intrigant comme garçon. Et s'il intriguait Sam, alors on pouvait être sûr qu'elle n'allait pas le lâcher de sitôt...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan S. Sullivan
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : At the paradise

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Jeu 10 Juil - 18:56

Samantha semblait s'amuser comme une folle. Et bien, heureux d'être un si bon divertissement.

-Mais parce qu'elle n'est pas assez forte pour le moment, chéri. Ici, c'est mon univers. Dès qu'on franchit le seuil, c'est moi le patron. Elle a bien trop peur d'être là pour vouloir vraiment prendre la place. Tu as vu sa panique, non ? Elle a réussit à prendre le contrôle, quand il était question de ta vie privée, tu te souviens ? Et après ça, elle s'est faite tripotée par un ivrogne. Une expérience qu'elle ne veut plus jamais, jamais retentée. Je reste donc aux commandes.


Ah, d'accord. Donc si Cassie prennait la place de Samantha, on pouvait à tout moment se retrouver avec un nouvel incident sur les bras. Instinctivement, je portai mes mains à mon nez. Mauvaise idée.
Je ne savais trop pourquoi, mais je sentais que cette fille risquait d'être dangereuse pour ma santé.

-Si monsieur veut bien à présent me laisser faire mon job, j'ai une table à servir, je ne suis pas payée à rien faire.

Ah, oui. Je n'avait pas vu le type qui avait décidé de commander à cet instant. Logique en même temps.
Tu comptes te décider à les mettre oui ou non ?
Je ne pu m'empêcher de grimacer. Non, je n'y tenais pas plus que ça.

Je me retrouvai donc de nouveau seul au bar. Histoire de passer le temps, je commandai un long island que je me mis à siroter tranquillement en regardant autour de moi. Mon nez avait cessé de saigner, mais je n'osais imaginer la vision de mon beau visage défiguré.
C'était un sacrilège !

Sauf que je ne restai pas seul bien longtemps. Je sentis une présence à mon côté, et je ne mis pas longtemps à deviner qu'il ne s'agissait probablement pas du groupe de jolies jeunes filles qui me regardaient depuis tout à l'heure. Dommage.
Je soupirai.

-Qu'est-ce que tu veux Jake ?

-Je suis vraiment désolé, marmonna-t-il.

A son ton, je me doutais que, s'il était peut-être effectivement désolé, ce n'étais pas la raison pour laquelle il m'abordait. Mais il savait que je l'aurais envoyé chier s'il ne l'avais pas fait. Du coup, je consentais à entendre ce qu'il avait à me dire avant de l'envoyer se faire voir ailleurs.

-Je n'en crois pas un mot.

Je l'entendis soupirer à son tour, mais d'agacement. Sans lui accorder plus de crédit, j'attendis, fixant les bouteilles soigneusement rangées devant moi. Je savais que ce n'étais qu'une question de secondes.

-Qu'est-ce que tu faisais avec cette fille ? La serveuse. Je vous ai vu parler, avant même que la bagarre ne commence.

Cette fois, je me tournai franchement vers lui, le fixant dans les yeux - enfin, autant que je pouvais, vu...

-Oui, et alors ? Nous ne faisions que discuter. Et au pire, je ne vois pas en quoi ça te regarde.

-Je n'arrive pas à croire que tu sois finalement passé de ce bord, s'énerva-t-il. Tu crois que je ne sais pas ce qu'il s'est passé avec Alexia ?

Je ne su pas vraiment comment je parvins à garder mon calme - la lassitude peut-être - alors que sa colère ne faisait que monter.

-Je ne comprend pas de quoi tu parle. "Bord", "côté"... Tu es comme le reste du monde. Vous mettez les gens dans des cases. Pourquoi s'arrêter là alors que la vie nous offre tant de possibilités, d'expériences différentes ? Je ne fait que me laisser aller à mes sentiments. Et si ça ne te plaît pas, c'est pareil.

Ce que je vis alors dans ses yeux, je ne le voyais pas pour la première fois - au contraire - mais je ne l'avais jamais vu me regarder comme ça. C'était du dégoût.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Winstiel
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/06/2014
Localisation : Dans les méandres de mon esprit

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Jeu 10 Juil - 19:57

Alors que Sam servait, elle se mit à réfléchir. Comment pouvait-elle encore s'amuser avec Alan ? Je n'en revenais pas qu'elle puisse être aussi calculatrice, et pourtant je la connaissais depuis quelques années déjà.

Alors que je tentais de la dissuader de faire quoi que ce soit - ce qui, croyez-moi, était peine perdue -, des éclats de voix, pas très haut mais pourtant remarquables, attirèrent notre attention. Sam tourna les yeux vers le bar et nous pûmes voir qu'Alan semblait dans une discussion plutôt vive avec son ex.

"Va les interrompre !" soufflai-je à Sam. Je savais qu'elle le ferait, pas par charité, mais parce qu'elle pourrait demander quelque chose en retour. Mais au moins, elle éviterait peut-être qu'Alan se prenne une autre droite, ou pire.

Une fois sa table satisfaite, elle retourna au bar, ignorant totalement les braillements d'une autre tablée. Arrivée à la hauteur d'Alan, elle posa une main sur son épaule et fit face à son ex.

-Un problème, chéri ? demanda-t-elle, en fixant délibérément l'ex d'Alan dans les yeux. Elle savait qu'Alan ne le prendrait pas personnellement, elle lui avait déjà servit ce petit nom juste avant. Je peux vous offrir quelque chose, monsieur... ?

Elle lui servit son sourire le plus aguicheur. Vu qu'il était homosexuel, soit ça le dégoûtait et il partait, soit il prenait peur, et il partait. Dans le meilleur des cas, il partait sans faire d'histoire. Dans le pire, Sam allait s'amuser un peu et se battre - sans prendre en compte notre salaire, dont nous avions besoin, ou le fait qu'on pourrait être blessée dans la manœuvre.

En fait, je crois qu'elle voulait déclencher une bagarre avec lui. Elle voulait passer ses nerfs sur quelqu'un, mais elle ne pouvait pas le faire sur un client. A moins que celui-ci ne l'attaque. Ce qui pouvait arriver, d'après ce qu'elle avait compris. L'ex d'Alan semblait plutôt colérique, et je n'imaginais pas ce qu'il pouvait devenir après avoir bu. Et en étant jaloux, qui plus est, parce qu'il nous semblait qu'il était question de ça. Sam pensa qu'elle allait lui redéfinir la notion de propriété et qu'un Homme ne pouvait être un objet que l'on possède. On pouvait l'utiliser comme un objet, mais jamais le posséder. Ce qu'elle trouvait bien dommage d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan S. Sullivan
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : At the paradise

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Jeu 10 Juil - 20:31

Même si par évidence, une animosité nouvelle l'animait, il sembla hésiter à m'abandonner. Dommage, ça m'aurait bien arrangé pour le coup. Quand à son flagrant dégoût... Je m'en remettrais.

Je sentis soudainement une main sur mon épaule, et peina à reconnaître Samantha avant qu'elle ne se mette à parler. Et tout compte fait, j'aurais préféré ne pas la reconnaître du tout.

-Un problème, chéri ? Je peux vous offrir quelque chose, monsieur... ?

Putain, à quoi elle jouait exactement, hein ? Elle voulait vraiment ma peau ? Et bien elle allait l'avoir. Car je doutais que Jake apprécierait vraiment l'intervention. Et heureusement que je ne vis pas le sourire qu'elle lui lança, je me serais étranglé de surprise.

Sauf que Jake le vit, lui, le sourire. Et il ne le prit pas forcément très bien.
En fait, il se redressa, me fusillant du regard. Eeeh, pourquoi moi ?

-Tu te fout de ma gueule ? C'est ça que t'appelle rien ? Et ça c'est quoi ? Hein ?

Je me pinçai l'arrête du nez. Je sentais que les choses étaient sur le point de tourner.
Je me plaçai à sa hauteur, malgré mon nez endolori et la tête qui commençait à tourner - je tiens très mal l'alcool, un problème avec ça ?

-Au risque de me répéter, ça ne te regardes pas. Écoute Jake, on a passé des bons moments, je ne chercherais pas à le nier. Mais c'est fini maintenant. Ma position te dérange ? Très bien, je n'ai aucun problème avec ça. Personnellement, je le vis bien. Mais dans ce cas, fait ce que tu es censé faire : jette-moi tous les regards de dégoût et de mépris du monde, et part. Sans chercher plus loin.

Il me fixa un moment, abasourdi, et je lui rendais un regard calme et posé. Il semblait en plein débat intérieur, comme s'il avait du mal à le croire. Comme s'il refusait de renoncer.

-D'abord Alexia, puis Matt, et maintenant elle, lâcha-t-il, amer. Je n'arrives pas à croire que tu soit devenu...ça.

Je haussai les épaules.

-J'ai toujours pensé ainsi, et je pense que ce n'est pas près de changer.

-Tu me dégoutes, cracha-t-il enfin avec mépris.

Je relevai à peine.

-Dans ce cas, nous sommes quittes. Et sans rancune.

Il nous jeta un dernier regard méprisant, avant de sortir du bar. Malgré tout ce qu'il avait pu dire, j'étais persuadé qu'il continuait à regretter.
Pas moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Winstiel
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/06/2014
Localisation : Dans les méandres de mon esprit

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Jeu 10 Juil - 21:52

La discussion qui s'en suivit n'intéressa que vaguement Sam. Elle fixait l'homme, cherchant le moindre indice dans sa position ou ses mouvements qui indiquerait qu'il passerait à l'attaque. Elle avait espéré, lorsqu'il s'était subitement redressé, qu'il allait frapper. Elle se serait mise devant pour être touchée et pour pouvoir répliquer. Sauf que ça ne se passa pas ainsi. Il continuait à regarder Alan, furieux et dégoûté, et il balançait des mots pleins de rancoeur. Sans rien faire. Il semblait débattre avec lui-même, comme s'il n'arrivait pas à mettre de mots sur ce qu'il ressentait à cet instant. J'aurais pu l'aider, ceux qui me venaient étaient : minable, débile, complètement fermé d'esprit - ce qui était pour le moins surprenant pour un homosexuel - et probablement aussi en colère contre lui-même. Mais, tout ce qu'il parvint à dire à Alan fût un "Tu me dégoûtes" méprisant. Ce à quoi Alan répondit avec un calme surprenant :

-Dans ce cas, nous sommes quittes. Et sans rancune.

Sans rancune ? Sam avait du mal à comprendre comment il pouvait ne pas avoir de rancune à son égard. Elle aurait bien eu envie de lui expliquer deux-trois choses à cet ex - lui expliquer avec les poings.

Une fois l'importun sortit du bar, Sam se tourna vers Alan, furieuse.

-C'est quoi son problème à celui-là ?! s'exclama-t-elle. S'il me regarde encore en me traitant de ça, je jure devant qui veut l'entendre que je lui fous mon poing dans la gueule. Je ne suis pas une chose qu'on peut regarder avec dégoût et mépris ! Seulement avec admiration. Et si je le croise, je lui ferais comprendre.

Sam fulminait réellement. Elle avait horreur qu'on la diminue. Pour elle, elle était magnifique et complètement géniale. Qu'on la regarde de façon méprisante ne lui plaisait absolument pas.

-Oh, Cassie trouve ça curieux qu'un gay soit aussi... comment a-t-elle dit déjà... "obtus". Elle pense que c'est bizarre qu'il soit à un tel degré incompréhensibilité. Moi je pense que c'est un con fini.

Elle haussa les épaules tandis que je soupirais.

-Dis-moi, maintenant qu'on est bien pote et tout, tu peux me dire qui c'est Alexia dont ton connard d'ex à parler ? Tu joues des deux côtés ? demanda-t-elle avec un sourire candide.

"Comme si ça allait le faire parler. Sérieusement Sam, tu ne veux pas lui fiche la paix cinq minutes ? Il vient quand même de se prendre la tête avec son ex qui l'a regardé avec dégoût. Un peu d'empathie bon sang ! Va donc faire ton travail au lieu de bavasser comme une idiote !" la sermonnai-je. Bien sûr ce fût totalement inutile, elle n'en tint absolument pas compte. Mais qui ne tente rien, n'a rien pas vrai ? Au tant essayer de raisonner une mule, vous auriez plus de chance. Dès que Sam avait une idée en tête, il était impossible de la faire changer d'avis, croyez-moi j'ai longtemps essayer - et j'essayai toujours, au cas où.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan S. Sullivan
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : At the paradise

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Jeu 10 Juil - 22:15

Bien, enfin débarrassé. Si maintenant, on pouvait ne plus parler de cette histoire... Mais c'était sans compter Samantha. Bien sûr.
Elle se tourna vers moi, furieuse.

-C'est quoi son problème à celui-là ?! S'il me regarde encore en me traitant de ça, je jure devant qui veut l'entendre que je lui fous mon poing dans la gueule. Je ne suis pas une chose qu'on peut regarder avec dégoût et mépris ! Seulement avec admiration. Et si je le croise, je lui ferais comprendre.


Oui, et si elle pouvait se calmer aussi, mes tympans apprécieraient.
Je m'accoudai au bar d'un air las, reprenant tranquillement une gorgée de ma boisson. On pouvais dire qu'elle ne manquait pas de modestie celle-là !

-Oh, Cassie trouve ça curieux qu'un gay soit aussi... comment a-t-elle dit déjà... "obtus". Elle pense que c'est bizarre qu'il soit à un tel degré incompréhensibilité. Moi je pense que c'est un con fini.  

Je haussai les épaules. Si je donnai un air nonchalant, en réalité je réfléchissais. Cassie m'avait l'air de quelqu'un de très naïf. Alors que Samantha... Comment ces deux personnalités pouvaient cohabiter sans avoir de réel impact l'une sur l'autre ? C'était...surprenant.

-Dis-moi, maintenant qu'on est bien pote et tout, tu peux me dire qui c'est Alexia dont ton connard d'ex à parler ? Tu joues des deux côtés ?

Ah ! La fameuse question. Celle qu'on finissait par me poser. Quand on en avait le courage. Malgré mon calme, je ne pu m'empêcher de me sentir irrité. C'était toujours la même chose. La plupart du temps, je me contentait de l'ignorer, ou de donner des réponses évasives.
Mais au point où j'en était... Et puis, je sentais qu'avec elle, aussi étrange soit-elle, je pouvais tenter de m'expliquer sans que ce soit vain. Ne serait-ce que Cassie.

-Je vais commencer par répondre à Cassie, puisque tu semble m'entendre, ma jolie, fis-je avec un clin d'oeil en tentant de la chercher au fond de ses yeux - dont je ne parvenais toujours pas à déterminer la couleur. Certans homosexuels sont comme la plupart des hétéro. Très fermés. Aucun d'eux ne peux comprendre que l'on puisse "changer de bord" comme vous dites. Et c'est encore pire en ce qui concerne les "indécis".

Oui, j'avais étudié la question. Tout simplement parce que j'y faisait face chaque jour. Mais ça m'était bien égal, à force. Je vivais ma vie comme bon me semblais, et si ça gênait des gens....tant pis pour eux. Je ne vais pas me rendre malade pour quelques abrutis. Ils n'ont qu'à s'occuper de leurs propres affaires.

-"Jouer des deux côtés"... Je déteste cette expression. Ça a quelque chose de...dégradant. Plutôt que de me ranger dans une case, je préfère dire que je suis amoureux, tout simplement. Ça peut être n'importe qui qui me semble bien. Pourquoi se cantonner ainsi ? Tout le monde peux tomber amoureux de n'importe qui. Il y en a bien qui aiment des crétins, ou des génies, sans s'en préoccuper pour autant. Moi, c'est pareil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Winstiel
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/06/2014
Localisation : Dans les méandres de mon esprit

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Jeu 10 Juil - 22:30

-Je vais commencer par répondre à Cassie, puisque tu semble m'entendre, ma jolie, fit-il avec un clin d'oeil qui agaça Sam. Certains homosexuels sont comme la plupart des hétéro. Très fermés. Aucun d'eux ne peux comprendre que l'on puisse "changer de bord" comme vous dites. Et c'est encore pire en ce qui concerne les "indécis".

Sam leva les yeux au ciel, et pour une fois j'étais d'accord avec elle. Les gens comme ça étaient tout simplement des imbéciles.

-"Jouer des deux côtés"... Je déteste cette expression. Ça a quelque chose de...dégradant. Plutôt que de me ranger dans une case, je préfère dire que je suis amoureux, tout simplement. Ça peut être n'importe qui qui me semble bien. Pourquoi se cantonner ainsi ? Tout le monde peux tomber amoureux de n'importe qui. Il y en a bien qui aiment des crétins, ou des génies, sans s'en préoccuper pour autant. Moi, c'est pareil.

Elle haussa les épaules.

-Les gens sont des cons, on y peut rien. Quand au côté dégradant de l'expression, moi je trouve que c'est plutôt cool. De toute façon, t'as pas l'air du genre à te soucier de ce qu'on dit - sinon tu serais parti bien avant le milieu de cette soirée. Une des rares choses sur lesquelles Cas' et moi sommes d'accords, c'est bien sur la liberté individuelle. Tu fais ce que tu veux, avec qui tu veux ; les autres ? on s'en fout.

Elle hocha la tête avec un sourire.

-J'adhère totalement à ta façon de voir les choses. Le soucis, c'est que Cas' est bien trop puritaine pour tenter quoique ce soit. C'est exaspérant. Mais au moins, maintenant elle a la confirmation qu'elle peut tenter quelque chose avec toi, puisque tu n'es pas spécialement gay. C'est une bonne nouvelle pour elle !

"S'il reste jusqu'à la fin de mon service, je te le laisse chérie, et surtout rumine bien toute la honte que tu es capable de ressentir à propos de tout ce que je viens de dire" me souffla Sam avec satisfaction. Quand à mon, ma résignation habituelle face à l'acharnement de Sam me saisissait déjà entièrement l'esprit. Je ne comprenais toujours pas pourquoi elle me voulait tant de mal. "Parce que c'est drôle, bouffonne" me répondit-elle avec joie. Et dire que je n'avais que dix-neuf ans, il me restait une longue vie d'enfer à vivre. Génial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan S. Sullivan
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : At the paradise

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Ven 11 Juil - 21:05

Elle haussa les épaules, comme résignée.

-Les gens sont des cons, on y peut rien. Quand au côté dégradant de l'expression, moi je trouve que c'est plutôt cool. De toute façon, t'as pas l'air du genre à te soucier de ce qu'on dit - sinon tu serais parti bien avant le milieu de cette soirée. Une des rares choses sur lesquelles Cas' et moi sommes d'accords, c'est bien sur la liberté individuelle. Tu fais ce que tu veux, avec qui tu veux ; les autres ? On s'en fout.

Je souris. J'étais sincèrement heureux de trouver quelqu'un de visiblement ouvert. Peut-être qu'elle comprenait un peu, vu qu'elle-même devait souffrir des ragots du grand monde. Ou alors était-elle tout simplement plus intelligente que la plupart du commun des mortels.

-J'adhère totalement à ta façon de voir les choses. Le soucis, c'est que Cas' est bien trop puritaine pour tenter quoique ce soit. C'est exaspérant. Mais au moins, maintenant elle a la confirmation qu'elle peut tenter quelque chose avec toi, puisque tu n'es pas spécialement gay. C'est une bonne nouvelle pour elle !


Je haussai les sourcils. Avec toute cette histoire à propos de Jake, j'avais presque oublié que Samantha s'amusait à jouer...les entremetteuses ?

-Oh, vraiment ?

Je fini mon verre en une gorgée, et jetai un coup d'oeil à ma montre. Bientôt une heure du matin. Les saignements de mon nez avaient cessés, mais j'avais probablement une tête à faire peur. Et vu l'heure... Mon père allait me tuer dès que je rentrerais. Matt aussi d'ailleurs. Je lui avait donné rendez-vous très tôt demain matin. Tant pis, je n'avais pas envie de rentrer tout de suite.

-Et toi, qu'est-ce qui t'intéresse vraiment ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Winstiel
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/06/2014
Localisation : Dans les méandres de mon esprit

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Mar 15 Juil - 16:22

Il haussa les sourcils, semblant surpris. Il n'avait sans doute pas pris l'habitude de fréquenter Sam.

-Oh, vraiment ?

Depuis le début, Sam n'arrêtait pas de le lui dire, mais c'était seulement maintenant qu'il comprenait ? Sam eut presque envie de s'agacer. Mais, elle décida de garder son énergie pour quelque chose de plus utile. De toute façon, elle allait bientôt finir son service et le bar allait fermer, alors pourquoi user de l'énergie pour rien ?

Alan finit son verre cul sec, tandis que Sam l'observait un sourcil levé. Il jeta un coup d'oeil à sa montre, et sembla soudain plutôt résigné. Quand il releva le regard sur elle, il enchaîna :

-Et toi, qu'est-ce qui t'intéresse vraiment ?

-Ooh, roucoula-t-elle. Mais c'est vraiment à moi que tu parles, Alan ? C'est bien la première fois que tu t'intéresses à ce que je pense, moi, et non Cassie !

Elle lui adressa un sourire ironique et le fixa droit dans les yeux.

-Je m'intéresse à beaucoup de chose. Je suis une fille très curieuse, lui répondit-elle de manière suggestive.

"Sam !" m'indignai-je, "arrête de dire des choses comme ça avec ma bouche, c'est... c'est répugnant !" Elle ricana dans ma tête "C'est bon, Miss Sainte-Nitouche, fous-moi la paix. Je dis ce que je veux avec notre bouche. Tant que tu seras faible, je ferais ce que je veux, c'est même pas la peine d'essayer de discuter, ou de protester. Maintenant, ferme-là, je discute avec quelqu'un de plus mature et moins coincé que toi."

Je n'en revenais pas. Je savais que Sam était méchante, particulièrement avec moi, mesquine, et vulgaire. Mais elle ne m'avait jamais parlé de cette manière. Je compris alors pourquoi. "Attends... Il te plait, hein, c'est ça ?! Il te plait même plus qu'il ne me plait... Alors ça, pour une nouvelle ! T'es pas sans coeur, finalement !" m'exclamai-je. "N'importe quoi. Je suis bien au dessus de ça."

Elle avait beau dire, elle ne pouvait pas me mentir, j'étais autant dans sa tête qu'elle l'était dans la mienne. Je savais qu'elle aimait bien Alan. Ce qui me fit beaucoup rire, l'agaçant énormément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan S. Sullivan
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : At the paradise

MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    Sam 26 Juil - 22:40

-Ooh. Mais c'est vraiment à moi que tu parles, Alan ? C'est bien la première fois que tu t'intéresses à ce que je pense, moi, et non Cassie !

Si c'était vraiment à el... Mais bien sur, pourquoi pas, après tout ? Puisqu'elles étaient deux dans cette tête, autant l'admettre et faire avec. Il n'était pas très galant d'en laisser une pour compte. Surtout que l'autre était probablement là à regarder, d'après ce que j'avais compris.
...ce qui pouvait s'avérer franchement déstabilisant.
Mais fichtrement intéressant.
Ne me dit pas que tu viens de penser un truc pareil ! Arrête un peu de boire, ça ne te réussis vraiment pas.

Pour une fois, je ne manquai pas son sourire, et elle sembla me fixer droit dans les yeux, comme si elle portait un intérêt soudain...et surprenant. Pour peu, j'aurais pu être déstabilisé. Mais j'avais vu tellement de choses plus étranges les unes que les autres. Je n'étais plus à ça près.

-Je m'intéresse à beaucoup de chose. Je suis une fille très curieuse.

Nouveau haussement de sourcils et sourire amusé. Malgré tout, une alarme se déclencha dans mon esprit. L'alcool me montait décidément très vite à la tête, et me faisait faire un peu n'importe quoi. Enfin, plus que d'habitude quoi.
Il me faisait également rater la plupart des sous-entendus. Oui, je devenait presque naïf quand je buvais. Raison pour laquelle Lexi aimait me faire boire. Elle trouvait ça drôle. Elle qui tenait l'alcool.

-Voilà qui est intéressant. On doit beaucoup s'amuser dans ce cas.

Alexia me tuerais si elle m'entendait. D'un autre côté, elle n'était pas là, justement. Alors je faisait comme elle me l'avait suggéré. Je me débrouillais. Et m'amusais. Sans elle. Tant pis. En ce moment, je me fichais pas mal de son avis. Matt, un peu moins...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?    

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand tes amis te lâchent, qui reste-t-il ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand mes amis AP GREYEN DAN moi JE PLEURE !
» [Ostende] Quand les amis s'en vont en mer.
» Quand les amis deviennent ta famille Ft Goulven Le Guerrec
» Quand les amis s'éloignent
» «Quand une personne entre dans votre cœur, elle y reste pour toujours.» [Demon Murray]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Upapany :: Upapany Island :: La ville d'Upapany :: Bar-
Sauter vers: