C'est un forum où tout RPG est accepté, tant qu'il respecte les règles. Vous pouvez laisser libre cours à votre imagination, ou vous incarner dans un monde que vous adorez !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 INFINIS ∞ [Groupe]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Estela
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 19
Localisation : ⁝⁞⁝⁞ʕु•̫͡•ʔु☂⁝⁞⁝⁝

MessageSujet: Re: INFINIS ∞ [Groupe]    Jeu 22 Aoû - 22:06

Bon. Après avoir pas mal réfléchi, j'ai décidé de ne pas participer à cette fiction. Ok Ever ( ou quelqu'un d'autre même si au fond osef ) si tu veux des détails du pourquoi du comment tu peux toujours me MPer ou des trucs du genre, mais en soi j'ai pas de raisons vraiment valables.
Donc désolée mais je me retire, du coup Nat' peut jouer ses deux persos tout va bien.
Voilà, sur ce. Sur ce rien en fait. Amusez vous bien quand même, vous allez gérer ça va être génial c'est vous quoi ( attention j'dis pas que vous êtes géniaux attendez déconnez pas là, c'est Lara qui parle ) alors orévoar. o/

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fourche Grise
Admin
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 26/06/2013
Localisation : Il est des mondes que vous n'imaginez même pas...

MessageSujet: Re: INFINIS ∞ [Groupe]    Ven 23 Aoû - 19:14

Eh! Eh ! Eh!
Pour une fois, j'ai pas été vache et j'ai d'abord été décue de te voir partir avant de me souvenir que du coup, je ré-héritais de Jim.

Tant pis pour cette fois ci, 'stela.
Gosh, allez y traumatisez le moi, le petit timide. J'ai toujours pas trouvé son changement, à lui u.u

Juste. Juste.
Je suis absente jusqu'au 31 et peu de réseau mobile jusque là. Donc, j'essaye de suivre de loin mais je suis SURE de ne pas pouvoir faire le quota de 1rp/jour/perso et je DOUTE BOCOUP de pouvoir meme en poster un seul avant mon retour.

Avis à la populace~

_________________
A broken mess, just scattered pieces of who I am.
I tried so hard,
Thought I could do this on my own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Everniss
Admin
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 20
Localisation : Boulet accroché à la jambe d'Helsingen. REVIEEEEENS.

MessageSujet: Re: INFINIS ∞ [Groupe]    Dim 25 Aoû - 19:09

Stella t'es une pas gentille DDD: Non, mais je plaisante, même si ç'aurait été génial de t'avoir dans l'aventure.
C.Choute, je sais déjà pour ton moulin, de toute manière ça devrait aller relativement doucement /MUR/. Et voilà, voilà ♥.
En ce qui concerne le lancement, c'est pour ce soir en toute logique ! J'ai déjà commencé à bosser. Mon 1er RP sera long, ça veut pas dire que vous devez paveyer par la suite xDD.
Et pour ce qui est du 1RP par jour, peu m'importe tant que vous êtes actifs. En gros, pas besoin de RPer toutes les 24h lolilol.
A ce soir les gens ♪.
Des questions, des remarques ?

_________________

Until you kissed my lips and you saved me
- Yeah it's called heartbreak. About two billion songs written about it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Almilozee
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 20
Localisation : Avec Yasmine

MessageSujet: Re: INFINIS ∞ [Groupe]    Dim 25 Aoû - 20:47

SALUT LES MECS. (peu importe le seeeeexe sans distinctiooooon sans discriminatiooooooon... Ne cherchez pas je suis pétée 8D).
On m'dit que je peux ramener ma fraise. Je le fais. On m'dit que je peux hurler. Je le fais. C:
On m'dit que j'peux faire ma fiche. La voilà. (elle sera peut-être pas complète aujourd'hui au pire j'éditeraiiii)

NOM & PRÉNOM : Alejandro & Zanotta.
ÂGE : (Entre 12 et 17 ans) 16 ans.
CLASSE SOCIALE : (Peu aisée - Aisée - Riche) Peu aisée.
NIVEAU SCOLAIRE : (Middle School - High School) High School (11th Grade)
ETABLISSEMENT FRÉQUENTÉ : (Public - Privé) Public
RAPIDE BIOGRAPHIE : (5 lignes minimum)
Pour une fois, pas de drame dans l'existence de ce jeune Italien. Juste cette banalité effarante ; il a un père, il a une mère, il a des soeurs, il a des frères. L'argent se laisse désirer sans jamais s'offrir, mais qu'importe! les liens familiaux qui unissent Alejandro à sa famille sont puissants. Mais l'adolescence le change ; il se fait brutal et apparemment insensible, il est insupportable et aisément corruptible, du reste l'argent est son obsession. Pas pour combler ses proches non! pour embellir son être. S'avilir? Si peu sans un peu d'argent. Tout est alors achetable à ses yeux avides. S'il a la richesse il s'achètera des amis, une copine, des bonnes notes! il s'achètera une vie. Un avis.
Oh! sa famille a tenté de l'entraver, si telle est bien votre question. Mais sa tête est dure, tant elle a cogné les murs, et il se prétend imperméable aux sentiments. Du reste, il semble se complaire dans cette situation noire, parait se plaire à être cette tempête au cœur strictement vital. Sauf qu'il ne peut véritablement vivre ainsi. Saura-t-on jamais le changer? Après tout le futur est flamboyant espoir...
DESCRIPTION PHYSIQUE : Son physique est sans saveur aucune ; ses cheveux arborent une blondeur qui est blancheur quasi-osseuse ; son teint pourrait être celui d'un anémique, ses yeux celui d'un agonisant squelettique ; d'une noirceur qui est celle des gouffres et du néant qui s'y étale. Ses os sont solides, sa constitution robuste ; les coups ont fait croître les muscles si l'on en croit les nombreuses cicatrices qui se mêlent à cette peau lactescente presque transparente ; d'ailleurs le buste surtout en est parsemé. Des fripes élimées viennent couvrir ces chairs échauffées, lui conférant un air vaguement ténébreux qu'il exècre mais cultive en son inconscient.
DÉTAIL IMPORTANT : SALUT T'ES QUI? Il ne s'attache pas facilement, mais quand il le fait c'est à jamais. Ou destiné à se finir dans le sang.
COULEUR DE POST : #333366 + Georgia.
PSEUDONYME : Almilozee. (bonjour Emile *sort*)


PS; Désolée pour la courteur (ouiiiiii bon) de la bio j'avais rien à dire. 8D

_________________
From the summer to the spring, from the mountain to the air.
PUT YOUR HANDS INTO THE FIRE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Everniss
Admin
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 20
Localisation : Boulet accroché à la jambe d'Helsingen. REVIEEEEENS.

MessageSujet: Re: INFINIS ∞ [Groupe]    Mar 27 Aoû - 1:10

Voilà, je lance la fic avec un peu de retard. D'ailleurs je suis confuse ♥️. Des petits soucis m'ont empêchée de m'y mettre plutôt. Je vous indique quelques petits trucs, au cas-où. (LENA C'EST TOUT BON MA BICHE ♥️).

→ Nous somme le 26 Août, vous êtes libres de faire se dérouler l'action à n'importe quelle heure de la journée, tant que c'est indiqué dans le texte. (Attention, c'est mieux de se brancher à l'horaire d'un autre, si vous êtes dans son école, par exemple.) Vous faites comme bon vous semble.
→ Le 26 Août, un lundi est le jour de la rentrée. Mais que faire si vous écrivez le 27 ou le 28 ? Tant que le temps IRL est un minimum en accord, ça a peu d'importance de coller au jour près. Le plus intéressant c'est juste de suivre les événements de l'année O/.
(Je sais vraiment pas expliquer Seriously) MPez-moi si vous buguez, sérieux xDDD...
Amour et chocolats ♥️.

La fic est lancée !


Petite, on m'a installée sur le toit du monde. Et de ce toit tout était beau. Tout méritait une attention particulière, tout m'amenait à vouloir, à désirer, à espérer quelque chose. Je partais d'un sommet si bonnement façonné que personne, oh non, personne n'aurait pensé que je puisse l'abandonner.
Personne. Sauf moi. Mais chut, c'est un secret... Que ça reste entre toi et moi, joli cœur.



I N F I N I S


Que sera, sera
Etat de Floride, Jacksonville, 26 Août 2013.

Son front buta doucement contre la vitre du siège passager. Il glissa avec lenteur alors que ses deux grands yeux parcouraient sans cesse le paysage défilant ça et là. Oreillettes plantées au mieux, Midnight city accentuait sa migraine et elle restait insensible à cette torture. En un sens, la musique était bonne, peu importaient les maux de tête. Elle y était sujette depuis plusieurs années maintenant et ravalait son mal au plus profond. Le chauffeur ne lui adressait plus un regard. Plus silencieux comme être humain, il n'avait pas connu. Bertrand se concentrait sur la route, Bertrand regrettait d'avoir arpenté les meilleures écoles de majordomes pour jouer le taxi d'une gamine. Le bon côté, c'était que la gamine en question était celle du maire. Le maire avait de quoi mettre le pain sur sa table. Alors Bertrand ne rechignait pas. Ou plus.

▬ On est arrivés, Mademoiselle. Il marqua correctement le temps entre les deux, histoire de parler convenablement.

La petite, pas si petite en fait entreprit d'ôter ses écouteurs, confiant son mp3 à son majordome. Il attrapa le petit objet dans un de ses gants blancs avant de lui tendre sa sacoche. Elle s'extirpa du véhicule, une jolie Berlin qui brillait de partout, plantant ses petits mocassins réglementaires sur le sol pavé.

▬ Passez une bonne journée, Mademoiselle.

Ses deux yeux vides se plantèrent sur la bâtisse qui lui apparaissait en monstre. Pourtant c'était sa deuxième année ici. Mais les deux tours étaient toujours aussi imposantes et immenses, bordant le mur d'enceinte. Cet endroit était la caricature du château fort. Donjon en moins. Fausses zappées. Remarque pense-t-elle, ça aurait pu être fun.

Nope.

▬ On inspire, on expire.

Grand sourire.

Bonne rentrée, Henrietta...

_________________

Until you kissed my lips and you saved me
- Yeah it's called heartbreak. About two billion songs written about it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicia
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 17
Localisation : [Insérez un endroit où il ne fait pas bon de vivre]

MessageSujet: Re: INFINIS ∞ [Groupe]    Mar 27 Aoû - 2:41

« - Et merde, je vais encore devoir racheter des assiettes. »

Voilà la seule chose qui m’était venue à l’esprit quand de la vaisselle s’était brisée  à une trentaine de centimètres de mon visage.

« - Heureusement que cette conne est myope » , pensais-je en quittant le grand appartement pour aller en cours.

Il faut dire qu’elle avait presque visé juste. Habituellement, j’arrivais à esquiver sans trop de soucis – au bout de quelques années, on s’y habituait – mais là j’étais tellement concentrée sur ma tartine que je n’avais rien vu arriver. Je ne savais d’ailleurs pas ce que j’avais fait, mais cela faisait longtemps que j’avais arrêté d’essayer de comprendre. Soupir. Cette façon de s’emporter sans aucune raison m’énervait au plus haut point. Et encore, mon père n’était pas intervenu en disant à ma mère qu’elle était totalement malade. Enfin bon. J’aurai peut-être été classe avec une assiette éclatée sur la tronche. Je ne le saurais jamais. Là, j’avais juste eu droit à une belle estafilade sur ma joue droite. Mais ça n’avait même pas réussi à me déprimer, parce que dans ma tête, c’était la rentrée. La dernière année où j’aurai à supporter les disputes incessantes de mes parents, incapables de divorcer car dépendants l’un de l’autre, d’une certaine manière, dernière année où j’aurai à les supporter en silence.

Nouveau soupir. Ça se voyait que j’y avais pensé, à toute cette histoire. Ça faisait longtemps que ma décision était prise, et, avec ou sans diplôme, dès la majorité atteinte, je me barrais. Pas question que je reste avec ces fous plus longtemps. De toute manière, je savais que je m’accommoderais de toute situation tant qu’ils étaient loin de moi. Bien évidemment, je ne couperais pas totalement les ponts. Ils auraient toujours un moyen de me contacter mais ils ne devaient pas s’attendre à avoir un coup de fil tous les jours ou un truc du genre.

Tout passant devant le lycée privé, je m’allumais une clope, un air amusé sur le visage. Ils me faisaient bien rire, ces gosses de riches. Enfin, leurs parents surtout. Ils trouvaient que c’était une éducation à donner à leurs enfants, céder à tous leurs caprices, les amener en cours dans la dernière voiture à la mode, avec un chauffeur ?  Ca me laissait perplexe. Après, c’était surtout des clichés mais ça ne m’étonnerait pas si j’avais raison sur certains points.
Sans le vouloir, je coupais la route à une fille qui était en train de regarder la bâtisse d’un air un peu dégoutté. C’est vrai que de là, ça ressemblait à une prison. A l’intérieur, ça ne devait pas être beaucoup mieux. Je ne peux m’empêcher de lui souffler :

« - Bienvenue en enfer… Ca à l’air sympa là-bas, bonne année scolaire ! Et désolée d’avoir failli te rentrer dedans » dis-je tout en faisant un clin d’œil. Cette fille me disait vaguement quelque chose, mais je n’avais de toute manière pas le temps de m’y attarder. Elle avait peut-être un chauffeur, n’empêche que moi je devais me taper tout le chemin à pieds.

Une fois arrivée au lycée, à la bonne salle, et sans être trop en retard, je me détendis. Allons, il ne restait plus que quelques mois et c’était fini. Je me mis dans un coin, de manière à ce que le prof’ ne me voit pas et ne soit pas pris par l’envie de m’adresser la parole. Je sentais que cette journée allait être palpitante… Vive l’ironie.

_________________
Yesterday I died ; tomorrow's bleeding
Fall into your sunlight -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yasminerita
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 23/06/2013
Age : 18
Localisation : Concombre-land

MessageSujet: Re: INFINIS ∞ [Groupe]    Mar 27 Aoû - 14:32

- Non, ce n'est pas suffisant, décrétai-je.

Je descends du fauteuil où j'étais assis la tête en bas (ça m'aide à méditer, voyez-vous) et reprends mon crayon pour ajouter une taille de bonnet à la fille du tableau. Ah, mieux.

Je jette un vague coup d'oeil à la vieille horloge murale de la pièce. C'est bientôt l'heure d'y aller. Ah, pourquoi la rentrée ? J'étais très bien moi, à glandouiller dans la ville et à bidouiller des trucs pendant tout l'été. Mais toutes les bonnes choses ont une fin, n'est-ce pas ?

Je sors de l'atelier avec difficulté, en enjambant les grille-pains expérimentaux, les boîtes de crayons, les tentatives de vêtements, et tout le reste des choses étranges que je peux trouver sur mon chemin. Cette pièce est dans un bordel monstre, qui a fait ça ? ... Bon, ok, je plaide coupable.

Je finis par accéder au salon et attrape mon sac de cours posé sur un fauteuil. Je fais un salut à la photo de mes parents posée sur la cheminée, puis, décidant de ne pas perdre plus de temps, je me mets en route pour le lycée. Je n'ai pas pu dire au revoir à Alex ce matin, il est parti travailler avant que je me réveille. Il m'a juste laissé un petit mot : "bonne rentrée, fais pas trop de bêtises". Pff. Comme si j'étais du genre à faire des bêtises.

J'arrive rapidement devant le lycée. C'est ma première année, mais je connais bien le coin étant donné que le collège est juste à côté. Je passe devant une fille de mon quartier à qui j'adresse un vague signe de la main, mais je ne suis pas sûr qu'elle m'ait remarqué. On jouait souvent ensemble quand on était gosses, mais on s'est beaucoup éloignés depuis qu'elle est au lycée.

Je passe finalement le grand portail et trouve rapidement l'accueil des nouveaux lycéens. Allez, courage Andy.


[La fille dont parle Andy est Elissa o/ J'espère que ça ne te dérange pas Alicia, sinon je change xD J'aime bien avoir déjà des relations avant le début de la fic. Je peux pas m'en empêcher u_u
Au fait, je viens de capter qu'Agathe a squatté mon post. TU NE T'EN SORTIRAS PAS COMME ÇA]

_________________
Mon avatar n'a rien à voir avec ce forum, BUT WHO CARES
Merci Aude <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hannibal Medusa
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 18
Localisation : En haut d'une falaise à me demander si je saute.

MessageSujet: Re: INFINIS ∞ [Groupe]    Mar 27 Aoû - 22:36

-A vendredi ! M’écriais-je avec un faux entrain.

Ma maison, les petits murs et le joli vase égyptien du salon, les seuls personnes qui m'écoutent encore dans cette maison... A quoi bon jouer encore cette comédie ? C'est la même depuis au moins 3 ans si je me rappelle bien, et puis j'arrête de compter les années de toute façon. Ils ne sont jamais là quand je pars le lundi matin et c'est d'ailleurs pour ça qu’ils ont cru bon de me mettre en internat, de toute façon ils ne sont jamais là, ni le matin, ni le soir et pour la rentrée encore moins. Et le WE ils se débrouillent pour ne pas être là non plus. Sois ils ne supportent pas leur maison, sois ils n'aiment pas leur fille, mais j'aimerais bien savoir comment on peut aimer quelqu'un qu’on n’apprend même pas à connaître. Et le pire c'est que je n'arrive même pas à dire qu'ils me manquent, parce que ce serais faux.

Je ferme la porte, glisse mes clefs dans la poche avant de ma valise, je vais prendre mes quartiers au lycée, m'installer dans une petite chambre aux murs unis et au meubles disposés de façon à faire -sois disant- plus accueillant pour les pensionnaires et -pour de vrai- de façon à gagner le plus de place possible dans des chambres déjà minuscule. J'y passerais 5 jours de ma semaine avec peut-être une colocataire avec laquelle je me lierai peut-être d'amitié. Ça fait beaucoup de peut-être je trouve.

Pour arriver au bâtiment privé, je passe d'abord devant le lycée public qui n'est pas très loin et arrive enfin devant la grande bâtisse. Bizarrement, ça me fait plaisir de retourner en cours, je déteste travailler mais j'ai quelques facilités ce que me permet de ne pas trop mal m'en sortir. Mes parents m'ont mis ici plus pour que je travaille bien que pour montrer leur argent, ils gagnent de quoi vivre et me payer mes cours mais ils ne sont pas millionnaires non plus. Et ici au moins j'ai l'impression de vivre, de changer un peu d'air. Même si c'est pour partager celui de profs stricts et autres gosses de riches.

Je m'arrête, assez proche de la grille pour rentrer dans les premiers, je pose ma valise, rentre la poignée et vérifie que j'ai tout ce qu'il me faut dans mon sac de cours. Un eastpak rose, je n'aime pas le rose mais ma mère ne m'a pas demandé avant de l'acheter, pas pour me faire plaisir d'ailleurs, juste parce qu'il était en promotion. Mais lui, j'ai appris à l'aimer, dessus il y a des messages écrits au stylo bille, de quelques amis que j’ai surement perdus de vue depuis, il y a aussi d’autres taches, plus ou moins bizarres mais qui me rappellent  toujours un bon souvenir et juste pour ça je ne le laverais jamais.

Le temps est gris, pitié qu’il ne pleuve pas j’ai encore oublié mon parapluie chez moi, sur mon bureau. Je regarde autour de moi, personne ne fait vraiment attention à moi, je me sent un peu seule, comme souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erika Keysie
Admin
avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 20
Localisation : Partout

MessageSujet: Re: INFINIS ∞ [Groupe]    Mer 28 Aoû - 3:42

La rentrée. Quoi de pire ? Chez moi. Cette prison obligatoire qu'on doit côtoyer jusqu'à notre majorité. Ce bâtiment sans vie, totalement vide de sentiment, ou d'une quelconque présence.

Les mâchoires serrées, j'enfilai ma veste en cuir noir, et mes Ray-Ban noir. Le noir était ma couleur préférée, enfin mon absence de couleur préférée. Elle reflétait ce que j'étais. Et puis, elle me donnait l'air cool. Comme Travolta dans Grease, vous voyez le genre.

Je pris mon sac sur mon épaule, et ma valise. J'allais quitter cet endroit pendant cinq jours par semaine. On pouvait pas faire plus heureux que moi. Ah, ironie, quand tu nous tiens. Remarquez, chez moi ou à l'école, c'était pareil. Même prison, même absence de sentiment, la seule chose qui changeait, c'était que l'école était bourrée de gens. C'était pas forcément mieux.

Je balançai ma valise à Charles ( à prononcer d'une voix hautaine de bourge coincé).

-Prends-la. Moi je pars en moto. Amène-la au bahut et casse toi, je veux pas qu'on nous voit ensemble, lui lançai-je sans un regard.

Je sortis par le hall alors qu'il me répondait un "Bien, Monsieur" poli et me dirigeait vers le garage. J'enfourchai ma bécane, fis rugir le moteur avec satisfaction, et démarrai en prenant bien garde à laisser de la gomme sur le sol. Au passage, je saccageai les plantes du jardin, et sortis par le grand portail à toute vitesse.

Je passai devant le lycée public en faisant le plus de bruit possible avant d'atteindre mon lycée. Ça sentait déjà le "petit bourge" à plein nez. J'allais pouvoir terroriser les nouveaux. Je planquai ma bécane dans une ruelle pas loin, pour mes déplacements lors de mes séances de tapage nocturne, après le couvre-feu.

Lorsque j'arrivai devant les grilles de mon lycée, j'eus un sourire. Cette année, j'allais m'éclater. Mon objectif ? Rendre dépressif trois ou quatre profs, et le bonus : faire pleurer le principal. Ce qu'il y a de bien à être riche, c'est que le principal pouvait pas me virer, Papa et Maman donnaient de tunes pour qu'il me garde. Je ne risquai même pas ma place à faire le con. Alors pourquoi j'en profiterai pas ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://upapanytheisland.forumactif.org
Almilozee
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 20
Localisation : Avec Yasmine

MessageSujet: Re: INFINIS ∞ [Groupe]    Mer 28 Aoû - 16:56

salut j'en avais marre de mettre 3h à faire un rp :3

Nobody here knocking at my door.
Pas comme si un autre poing que le mien avait déjà cogné sur ce bois titanesque. Oh bien sûr, il y a les leurs. Leurs doigts. Parce que lorsqu'on est faible on ne noue pas ses doigts ; on n'en fait pas ce bélier charnel et véhément. Et ils sont faibles. Terriblement. Leurs bouches sont humides des larmes qu'ils ont laissé s'évader. La mienne est sèche. Pas de pleurs ; pas plus de peur. Sens-je même la saveur du pain sur mon palais aride ? Rien n'est moins sûr. Il me semble que je suis l'insipidité même. Ou alors... ou alors je suis explosion, chatoiement mirobolant et ils sont trouble prosaïsme. Oui.  C'est cela. Sûrement. Sinon quoi ? je serais cet amas qui ne bouge que par ce ridicule instinct que l'on dit de survie qui n'est qu'illusion au noyau pourri ? Non.  Le sang court contre mes tempes.
Je sens.
Donc je choisis.
Donc je vis.
Et c'est  tellement... enfantin ça pas vrai ?
L'on se croit scientifique et omniscient alors l'on bâtit ces raisonnements qui sont décadents avant même leur élaboration.
Oui ça l'est. Puéril. Et candide. Cette candeur trop simplette qui fâche et qui embarasse.
Parce que si on est fort on n'est pas candide hein ?
The sound of silence I can't take anymore.
C'est vrai ! comment peut-on supporter de s'entendre songer ? De s'entendre s'affliger, s'accabler, se mutiler par la pensée ? De s'entendre se détruire, avec paradoxe, au sein de cette chrysalide feutrée que sont nos réflexions ? Je peux simplement pas. Alors mes lèvres entament cette valse trompeuse avec mes cordes vocales et je badine sur ce ton méchant qui m'est habituel. Et si mes poings suivent le ballet c'est qu'ils sont jaloux. Simpement. Pas d'intention personnelle, vraiment. Sauf si ton regard est un peu trop direct. Ou trop dérobé ; ça dépend des jours, à dire vrai. Aujourd'hui je sais pas franchement. Peut-être que j'ai juste envie de passer ces portes plus usées encore que mon jean. Ou peut-être pas. Ici ou là-bas... Quel changement ?  Je suis électrifié partout. Ou peut-être abattu. Ou peut-être lassé.
J'en sais rien.
J'ai jamais su ?
And I don't even know how I survive.
Ma main qui griffe cette frontière inutile. Qui s'y raccroche pour tenter de lui donner une consistance. Une existence.
C'est vrai quoi ! si la vie est la même partout, où est l'intérêt ? Je voudrais y donner des coups de pieds ! ce portail idiot et pitoyablement décoratif ! qui grince plus que le temps lorsqu'il avale ses filles les années. Sauf que. Je peux pas. Un automatisme. Encore. Ou peut-être la présence impromptue d'un faciès à défaire. C'est son col qui vient s'imprimer entre mes doigts. Qu'on se le dise. Je suis pas du genre violent. J'irais pas jusqu'à érafler son crâne hérissé contre la pierre froide du pilier tendu autant que peut l'être un corps tant tué par les ans. Je suis quand même pas assez con pour aller violenter un mioche juste devant le bahut. Pas non plus assez inconscient pour faire jouer avec tendresse mes doigts dans la tignasse dudit mioche sous les yeux du surveillant qui vient d'accourir à ses cris suraigus.
Encore moins assez satisfait pour lâcher le petit une fois le pion rassuré et le regard du premier hanté.
Qui sait.
Peut-être que je parviendrai à sentir plus à travers sa primale détresse ?
Parce que.
Soit dit tout à fait entre nous.
Même les forts rêvent la nuit. Et le jour n'est que sa luminescente continuité.
Oui j'ai une vie de rêves. D'élucubrations faite, si vous êtes encore assez sots pour croire que je puisse être un pathétique fat.
No I don't even know if I'm alive...

_________________
From the summer to the spring, from the mountain to the air.
PUT YOUR HANDS INTO THE FIRE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damonia
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 23/06/2013
Age : 20
Localisation : Tu vois les tâches de sang qui partent de ta penderie? Tu veux bien ouvrir la porte? Allez viens jouer avec moi.

MessageSujet: Re: INFINIS ∞ [Groupe]    Mar 3 Sep - 22:56

Je me réveillais lentement, détruisant au passage mon réveil avec toute la douceur que j'avais le matin, c'est à dire aucune. Après avoir pris dix minutes (c'est une marge bien entendu, étant flemmarde, 10 minutes aurait été mon record)  pour me préparer psychologiquement à l'inévitable, je sortis de enfin de mon grand lit afin d'aller m'habiller d'un tee-shirt violet en lin que je rentrais dans mon short noir. Puis, toujours aussi réveillée, je descendis les escaliers et marchai jusqu'à la cuisine où je me préparais mon rituel sacré, mon bol de Ricoré avec ma tartine de confiture à la myrtille. Il n'y avait aucun bruit dans la maison, seul mon propre "raffut". Je soupirai. Papa n'était pas rentré, tout comme maman. Mes mains se crispèrent sur le bol alors que je repensais avec amertume à la veille
-Promis chérie je ne serais pas longue, dit ma mère.
Je la fixe peu convaincue avant de demander où est papa. Elle se contente de me fixer avec attention avant de me sourire et de claquer la porte

J'inspira un bon coup, excédée, et termina mon petit-déjeuner avant de me jeter dans la salle de bain afin de parfaire le chef-d'oeuvre que j'étais. Puis je brushai mes longs cheveux noirs et les plaçai sur mon épaule gauche. Je me regardai quelques instants dans le miroir avant d'embrasser mon reflet et de descendre à nouveau. Quelle heure était-il?
-7h20?! Déjà?!, m'exclamais-je, le regard rivé sur l'horloge du salon.
Il fallait que je me dépêche! Je pris ma besace noire à la volée avant de m'emparer de ma veste en cuir et de sauter dans mes bottines charbon. Heureusement que j'étais au rez-de-chaussé, sinon je n'aurais jamais eu assez de temps pour me préparer! Allant dans les garages, je passai devant la "gentille" gardienne et son "magnifique" matou... Qui d'ailleurs tenta une nouvelle fois de m'arracher la cuisse, en vain bien entendu:
-Stupide matou, sifflais-je en lui foutant un coup de pied.
-Comment osez-vous faire du mal à Mimine?!, s'exclama la folle dans mon dos. Rah les jeunes d'aujourd'hui!
-Si tu le dis, sorcière, murmurai-je, agacée.
Alors qu'elle continuait de parler à son chat, je me détournai de la sorcière et de son cerbère, arrivant à Mon garage, que j'ouvris, laissant apparaître à la vue de tous mon bijou, mon trésor à moi. Une moto sublime rouge et noire, ma fierté.
Laissant de côté mon admiration, je montai dessus, enfournais la clé de contact et fis rugir le moteur, juste parce que c'était interdit. La sortant du box, je refermai la porte du garage avant de partir en trombe jusqu'à la sortie, entendant déjà au loin la gardienne crier de ne pas faire de traces sur le sol. Genre avec un deux roues on pouvait ne pas faire de trace... J'y croyais pas trop.
Peut-être parce que tu n'as jamais essayer
... Pas faux. Sortant au passage mes lunettes de soleil lors d'un feu rouge, je me mis à sourire en voyant ces pauvres petits élèves marcher jusqu'à leur prison, la tête triste. En même temps pour aller en cours...Pourquoi tant de haine, pourquoi?
Parce que cela fait plaisir de te faire chier
Je ne t'avais rien demandé! Avec ça je n'avais pas remarqué que j'étais arrivée... Malheur!!! Je garai ma beauté avant d'entrer dans l'établissement, pensive. Qu'allais-je faire cette année? Torturer les élèves, mettre les professeurs en dépression, refaire le monde...
-Bof je verrais bien, fis-je pour moi-même.
Voyant que j'étais à l'heure, je ralentis le pas et enfournai la musique dans mes oreilles, prenant déjà un malin plaisir à abîmer les cordes vocales des enseignants. Et puis il me fallais ma dose sinon j'étais pire alors... En fait je leur faisait un cadeau, cela méritait une médaille ou des félicitations tous ça.


(passage FG: Je ne t'ai modifié que les fautes d'accord ou d'orthographe, au niveau de la grammaire, j'ai laissé tes phrases telles quelles pour ne pas les remplacer par les miennes ;3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erika Keysie
Admin
avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 20
Localisation : Partout

MessageSujet: Re: INFINIS ∞ [Groupe]    Mer 4 Sep - 1:45

Damonia, dis-moi, est-ce que tu aurais pour projet de m'achever littéralement à coup de pelle ?
Non parce que là, c'est la catastrophe. Relis-toi et regarde bien tes verbes au passé simple 0: Je vais cauchemarder, sérieux.
Bon, je te mangerai pas pour cette fois, mais fais gaffe hein :3 ♥

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://upapanytheisland.forumactif.org
Fourche Grise
Admin
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 26/06/2013
Localisation : Il est des mondes que vous n'imaginez même pas...

MessageSujet: Re: INFINIS ∞ [Groupe]    Sam 7 Sep - 12:40

(OHEYYYY, premier rp sur ce topic, sortez le champagne o/)

Emma Blatter, Vendredi 6 Septembre 2013, Private High School, 11-12h

Le pan de jupe colorée qui flottait devant elle prévint de son arrivée avant même qu'elle ne tourne le coin. Son regard calme évita soigneusement celui de son professeur tandis que, la dernière, arrivée juste à temps, elle pénétrait la salle de classe au fond de laquelle elle avait ses habitudes. Assise sans autorisation de l'enseignant au milieu de ceux qui, sagement, attendaient l'accord de l'adulte, elle sortit une trousse brodée des contours d'une rose sur son côté gauche. Caressant du bout des doigts les traits fins dont le rose pâle se détachait sur la blancheur immaculée du tissu, elle jeta un regard circulaire sur ses camarades, sa table légèrement excentrée, lui permettant une vue d'ensemble sur la salle de classe.
Les élèves s'étaient enfin assis. A leur instar, elle sortit son bloc de feuilles lignées qui lui servaient à prendre son cours puis commenca à gribouiller dans les coins des motifs sophistiqués aux multiples nuances de vert.

Au bout de quelques minutes, son attention se dirigea à nouveau vers ses camarades. Elle resta ainsi de nombreuses minutes, ses yeux volant d'un élève à un autre, se faisant aussitôt détentrice des secrets qu'ils échangeaient avec leurs voisins.

Lorsqu'elle eut estimé en savoir assez, ses yeux enfin, se portèrent sur l'estrade depuis laquelle le professeur déblatérait son cours puis sur le tableau sur lequel était inscrit le nom du chapitre en cours. Relevant celui-ci, elle sortit son manuel d'histoire, trouva la page correspondante et gribouilla ses notes en prenant appui, non sur le cours de l'enseignant mais bien sur celui du livre, toujours aussi peu soucieuse de l'adulte sur qui l'attention des autres était plus ou moins focalisée.

Enfin, 45 minutes après le début du cours la cloche sonna et chacun s'ébranla en direction de la sortie pour rejoindre la cafétéria le temps de la pause déjeuner.

Ses longs pas aériens masqués par l'ample jupe qui masquait ses jambes, Emma s'en fut.


(Qui veut la croiser au détour d'un couloir?)


_________________
A broken mess, just scattered pieces of who I am.
I tried so hard,
Thought I could do this on my own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hannibal Medusa
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 18
Localisation : En haut d'une falaise à me demander si je saute.

MessageSujet: Re: INFINIS ∞ [Groupe]    Dim 8 Sep - 14:11

Vibreur dans mon sac, c’est ma mère.
« Bonjour ma chérie, comme d’habitude tu te lèves trop tard pour que je puisse te parler le matin, ton père et moi nous ne seront pas là ce WE quand tu rentreras donc j’espère que tu es tes clefs. Nous sommes invités…. » et la flemme de lire les 50 lignes d’excuse bidon.
Merci maman, une mère normale, le jour de la rentrée se contente de dire un gros bisous, courage ou bonne journée. Mais non elle il faut qu’elle me rappelle que je ne me lève pas à 5h du matin pour lui tenir compagnie quand elle part travailler, que de toute façon elle ne sera même pas là ce WE pour une raison qui ne m’intéresse même pas, mieux vaut oublier ce message…

J’appuie vite sur la touche « effacer » et repose mon portable dans mon sac avant d’en refermer la fermeture éclair. D’ailleurs celle-ci commence à montrer des signes de faiblesse, il va falloir que je m’en achète un autre sous peu. Mais quelle merveilleuse journée qui commence ! Pour me changer les idées je décide de regarder un peu autour de moi pour commencer à trouver des gens avec qui je pourrais bien m’entendre cette année, un garçon habillé tout en noir et debout juste derrière moi attire mon attention. Etonnée par son air blasé et sa couleur vestimentaire, je le détail de la tête aux pieds jusqu’à arriver à sa tête. Là, je croise son regard et me rend compte qu’il a vu que je le fixais, je détourne vite la tête et me remet à fixer les grilles.

Mais aucun signe d’ouverture, j’attends toujours et finis par jeter un coup d’œil à ma montre qui indique encore dix minutes à attendre. Mais qu’est-ce qui m’a pris de partir si tôt ? Ah oui, je me souviens que je ne voulais pas rester une seconde de plus dans cette maison vide. Pour me donner une contenance, je fais semblant de sortir mon téléphone pour lire un message, je choisis celui de ma mère au hasard et finit par le lire réellement comme je n’ai rien de mieux à faire. Ça me fait mal, mais je le fais quand-même, peut-être un peu maso ? « Nous sommes invités chez des amis que nous n’avons pas vu depuis très longtemps et que nous avions très envie de revoir, donc nous ne pouvions pas dire non ! Comme ils ne te connaissent pas, nous n’avons pas voulu paraître malpolis en t’invitant avec nous, tu comprends je suppose. Et figure-toi qu’ils ont une fille de ton âge, tu vas me dire que tu aurais pu faire connaissance avec elle, mais au cas où ça n’aurait pas marché entre vous, je ne voulais pas tenter le diable et je suis sûre que tu comprends. Je ne sais pas quand nous rentrons mais de toute façon il y a de l’argent dans la boîte commune, tu en profiteras pour faire les courses de la semaine. Et ne salit surtout pas la maison ce WE. » Voilà, c’est la fin du message. Pas de bisous, pas de geste d’attention, juste des « je suppose que tu comprends » chaque fin de phrase. Mais moi je ne comprends pas.

Maintenant, je suis debout à regarder la grille de nouveau mais maintenant j’ai envie de pleurer, j’ai l’air maligne. Je décide de prendre une décision, lorsque je passerais ces grilles et jusqu’à nouvel ordre, je ne pense plus à mes parents, j’arrête d’espérer qu’ils vont avoir un signe d’attention quelquonque pour moi, car ça n’arrivera probablement pas. Et je vis ma vie de mon côté en en profitant un maximum. Sentant que j’allais me libérer d’un poids je reprends vite le morale et attend en souriant –toujours aux grilles devant moi- que la sonnerie retentissent et que mes deux amies métalliques s’ouvrent enfin. Ce moment devrait arriver incessamment sous peu et… « DRIIIIING »…. Bien voilà !

Je rentre la première et me dirige directement vers l’accueil pour demander les clefs de ma chambre dans le bâtiment des internes. Tellement vite d’ailleurs que mes écouteurs tombent de la poche mal refermée de mon sac et que je les liasse par terre derrière moi sans m’en rendre compte. Une fois les clefs récupérées à l’accueil, même pas besoin de faire la queue puisque je suis la première et les autres avaient peut-être déjà récupérées leurs clefs avant, je marche d’un pas rapide vers les bâtiments en faisant rouler ma valise derrière moi. J’arrive dans la chambre, pose ma valise sur un des lits. Il y a en a deux mais je n’ai pas le temps d’attendre pour rencontrer l’autre personne, je la verrais ce soir. Ne gardant que mon sac de cours, je me dirige vers la première salle de classe, presque en sautillant comme une gamine, étrangement je me sent légère.

Arrivée dans ma première salle de classe, je reste debout en attendant que le prof nous dise où nous assoir, au milieu du groupe des autres élèves. Une jeune fille entre et s’assoie tranquillement sans demander l'avis de personne, tout le monde s’assoie finalement et il ne reste que la place à côté de la première fille qui s'est assise. Je me met à côté d'elle et le cour passe sans que nous n'échangions aucune parole. Lorsque la sonnerie retentis, elle est la première à partir d'un pas rapide, moi je prends le temps de ranger mes affaires et de sortir ensuite.

Mon ventre gargouille et je me rends compte que c'est déjà l'heure de la pause de midi et bien sûr, qui dit pause de midi, dit gros embouteillage dans le couloir pour aller à la cafet' . Tout le monde et plus ou moins pressé de retrouver ses potes pour leurs raconter la première matinée de l'année, tout le monde se bouscule et quelqu'un fait tomber par terre ma carte pour la cafet' que je tenais dans la main. Tout ce monde autour de moi commence un peu à me stresser et je me baisse pour la ramasser, un peu tendue. Sans faire gaffe en me relevant, je bouscule une autre fille en me tapant la tête sur son sac.

-Oh, excuse ! moi dis-je par réflexe, avant de me rendre compte que c'est la fille qui étais assise en cours à côté de moi. Nous n'avons pas échangé un mot en une heure et il faut que je me cogne à son sac au milieu du couloir pour que j'arrive à lui parler... Je lui adresse aussi un maigre sourire crispée en indiquant de la tête toutes les personnes autour de nous, pour lui montrer que je trouve qu'il y a trop de monde. Rien de mieux à dire.

_________________

Meurchi Gagathe ♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erika Keysie
Admin
avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 20
Localisation : Partout

MessageSujet: Re: INFINIS ∞ [Groupe]    Dim 8 Sep - 22:33

Alors que je patientai - non mais qu'est-ce que Charles foutait putain ? - je remarquai qu'une fille me détaillait. Elle voulait ma photo aussi ? Lorsque son regard croisa le mien elle détourna prestement. Un fin sourire ourla mes lèvres. J'adorai inspirer ce genre de réaction.

Finalement, Charles gara la voiture, posa la valise, et partit sans demander son reste. Je récupérai ma valise alors que la sonnerie retentissait et que le portail s'ouvrait enfin. La fille blonde qui me détaillait s''engouffra rapidement dans le lycée, comme si c'était un pur bonheur d'y aller. Tellement rapidement qu'elle en fit tomber ses écouteurs. Comme je passai derrière elle, je les ramassai, mais me gardais bien de la rappeler. Tant pis pour elle.

Je grimpais rapidement au deuxième étage des dortoirs, dernière chambre du couloir de droite. J'ouvris la porte sans me soucier de savoir s'il y avait des gens. Et effectivement, la chambre était occupée par deux gamins. J'en désignai un.

-Toi, tu dégages. C'est moi qui dort ici, ordonnai-je en dardant méchamment mes yeux émeraudes sur lui.

Il balbutia quelques mots inintelligibles, mais je l'interrompis, impérieux.

-Ne m'oblige pas à me répéter gamin, t'aimerais pas savoir ce qui t'arriverait sinon.

Sans plus de protestation, il prit ses affaires et déguerpit. Je m'installai alors à sa place, sous le regard effrayé et tendu de son camarade. J'eus un sourire satisfait avant de descendre en cours.

Dans la salle de classe, lorsque j'entrai, il restait encore pas mal de place. Mais, dites-moi, je faisais des progrès, j'étais toujours à l'heure. Enfin bref. Je vis entrer la blonde du matin-même, suivis par une autre qui s'installa sans l'avis du prof. Hum, elle marquait des points déjà celle-là.

Le cours passa avec une lenteur incroyable, que j'occupai avec mon téléphone portable, jusqu'à ce que la cloche libératrice du bahut sonna, annonçant le déjeuné. Je sortis de la salle rapidement et gagnais la file du self. Mais, la patience n'est pas ma plus grande qualité, aussi je n'attendis pas sagement, je me contentai de dépasser tout le monde, avec mon flegme habituel. Mon attitude affichai clairement que j'en avais rien à foutre et que si ça posait un problème un quelqu'un, j'aurais grand plaisir à le lui régler.


[Roh, qu'il est méchant ce Derek ! o:]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://upapanytheisland.forumactif.org
Hannibal Medusa
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 18
Localisation : En haut d'une falaise à me demander si je saute.

MessageSujet: Re: INFINIS ∞ [Groupe]    Lun 30 Sep - 21:12

[Coucou les zamis, c'était juste moi pour vous rappeler de venir faire un tours ici ! Plusouille ! ♪]

_________________

Meurchi Gagathe ♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicia
⊹ ゚◦。 ☄ 。◦ ゚⊹
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 17
Localisation : [Insérez un endroit où il ne fait pas bon de vivre]

MessageSujet: Re: INFINIS ∞ [Groupe]    Lun 30 Déc - 14:07

[RP en cours d'écriture]

_________________
Yesterday I died ; tomorrow's bleeding
Fall into your sunlight -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: INFINIS ∞ [Groupe]    

Revenir en haut Aller en bas
 
INFINIS ∞ [Groupe]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]
» MJ Dédale[Groupe Matt]
» Le groupe T-vice victime d'un vol à main armé à Saint Domingue
» Journée 2 : Groupe F

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Upapany :: Pour RP c'est ici ! :: Réel-
Sauter vers: